Mesbah : « À Milan, j'aurais dû être plus patient »

le
0
Mesbah : « À Milan, j'aurais dû être plus patient »
Mesbah : « À Milan, j'aurais dû être plus patient »

Fraîchement qualifié pour la CAN 2015 avec l'Algérie, Djamel Mesbah connaît un début de saison en fanfare sur tous les points. Son nouveau club, la Sampdoria, est troisième de Serie A. Entretien avec un joueur qui a vécu une année 2014 un peu dingue, de Livourne au Brésil.

L'Algérie vient tout juste de valider son billet pour la CAN 2015. Comment se sont passées les festivités ? Bah bien, on n'a pas trop pu faire la fête parce que c'était en semaine, juste un peu dans le vestiaire et après on est tous repartis dans nos clubs respectifs. On est vraiment soulagés de cette qualification, en plus on fait 4 victoires en 4 matchs. Très propre.
La question c'est, est-ce que les Algériens de France ont pu la fêter, cette qualif' ? Ah ah, je ne veux pas faire de politique. On a notre fierté et notre manière de fêter. Je pense qu'ils ont fait ça « différemment », je leur fais confiance.
L'après-Mondial 2014 est quand même mieux géré que l'après-Mondial 2010... Tout à fait et j'y étais dans les deux cas. En 2010, on n'avait pas réussi à se qualifier pour la CAN 2012 avec cette défaite au Maroc qui fait très mal et dont on se souvient encore. Le groupe avait changé, c'était la fin d'une génération, tandis qu'aujourd'hui, c'est la même ossature qu'au Mondial et le groupe continue d'évoluer ensemble.
Le gros risque, justement, c'était la décompression post Coupe du monde... C'est ça, le match le plus difficile, c'était la rencontre en Éthiopie, il fallait se remettre dans le bain et le quotidien du foot africain. Mais on a insisté sur le fait de bien se concentrer, c'est une victoire qui fait du bien et qui a démontré qu'on était une équipe mature, capable de gagner en déplacement dans des conditions difficiles.
Tu es conscient que vous êtes les favoris pour la CAN, que d'une certaine façon, vous devez rendre « légitime » votre Coupe du monde par un titre continental ? Oui, c'est sûr, mais il ne faut pas s'enflammer, pas comme en 2013 où on était favoris alors qu'on sort au 1er tour. On avait bien joué, mais on avait clairement manqué de réalisme. Là, on fait partie des meilleures équipes d'Afrique, mais on n'y pense pas trop. On garde les pieds sur terre et on essaie de se mettre en question.
C'étaient des qualifs de la CAN sous le signe du virus Ebola, comment avez-vous géré ça ? Tu y penses un peu comme tout le monde, mais rien...




...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant