"Mes potes du quartier m'appelaient Clay"

le
0
"Mes potes du quartier m'appelaient Clay"
"Mes potes du quartier m'appelaient Clay"

Le boxeur décédé vendredi frappait du poing et sortait souvent sa langue. Pas le genre de son homonyme tunisien, qui préfère taper le ballon et garder la bouche fermée. N'empêche que Mohamed Ali Nafkha, milieu de terrain défensif de l'ES Hammam Sousse et international tunisien, a fait une exception pour nous parler du sportif avec qui il partage une partie de son nom.

Sale week-end pour toi, Mohamed Ali… Pas trop de pleurs ?
Pas de larmes, non. J'étais à la maison quand j'ai appris la mort de Mohamed Ali. Je l'ai vu sur Facebook. Quelle déception… Je ne m'y attendais pas. Ça m'a vraiment touché. Cette personne, je la respecte énormément, c'était un modèle sportif.

Qui ne touchait pas qu'au sport, d'ailleurs.
C'est vrai, il a également lutté contre le racisme et œuvré pour la religion musulmane. Je n'ai rien contre les autres religions, mais son combat était beau. Surtout aux yeux d'un croyant comme moi. Il a donné la bonne image de l'islam, la vraie, à l'inverse de ce que font les terroristes aujourd'hui. Je crois d'ailleurs que le moment où il a annoncé sa foi envers l'islam, c'est mon meilleur souvenir de lui.


Mélanger sport et religion, ce n'est pas toujours bien accueilli…
Moi, je pense qu'il est préférable de séparer le sport et la religion. Pourquoi ? Parce que tout le monde cherche le buzz. Si Ali l'a fait, et a pu le faire sans problème, c'est parce qu'il n'y avait pas de polémiques constantes pour tout et n'importe quoi. Aujourd'hui, si tu parles de religion, on va te tomber dessus. Quoi que tu dises. Surtout avec les actualités et le terrorisme omniprésent depuis quelques années.

Tu considères que le sujet était moins sensible avant ?
Non, ce n'était pas un sujet moins sensible. On vit seulement à une autre époque. Reste qu'aujourd'hui, le sport, et en particulier le foot, manque d'hommes comme Ali. Je ne suis pas sûr qu'un autre sportif ait eu le même impact que lui. C'était un monstre sur le ring comme en dehors. Finalement, ça n'arrive pas si souvent de voir un tel personnage.

« Mon père l'admirait. Je ne l'ai pas vu depuis le décès, mais je sais que ça lui a fait du mal. Quand il tombe sur un combat de lui à la télé, il ne change jamais de chaîne ! »[SPAN…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant