" Mes neveux m'ont demandé de leur envoyer le nom du vainqueur par texto "

le
0
" Mes neveux m'ont demandé de leur envoyer le nom du vainqueur par texto "
" Mes neveux m'ont demandé de leur envoyer le nom du vainqueur par texto "

Pour la seconde année d'affilée, Kate Abdo présidera ce soir la cérémonie du Ballon d'or. L'occasion de revenir avec la journaliste polyglotte sur l'absence de Gigi Buffon dans la liste, et d'évoquer, pêle-mêle, le duel Ronaldo-Messi, Thierry Henry ou Manchester United.

Vous avez grandi à Manchester, mais avez également vécu en Allemagne, en Espagne et en France. Cela n'a pas été trop compliqué pour vous de choisir une équipe favorite ? (Rires) Je crois que le choix se fait lorsque vous êtes très jeune. J'ai été fan de Manchester United depuis mes jeunes années, lorsque mon père m'emmenait au stade avec lui. Même si j'ai pu développer certaines affinités avec d'autres équipes à l'étranger, j'avais déjà une équipe de cœur en arrivant en Allemagne ou en Espagne. Je crois qu'il n'y a vraiment la place que pour une seule équipe dans votre cœur.

Vous venez d'une famille très sportive, puisque vos deux parents ont été professeurs d'éducation physique à l'école. Le journalisme sportif, c'est venu comme une évidence ? Mes parents font encore beaucoup de sport aujourd'hui, à 70 ans ! Mais oui, ils nous poussaient à faire du sport, à essayer différentes activités, ce qui était bien pour nous. Mais je n'avais aucune idée de ce que je voulais faire. J'aimais les langues, voyager… Je n'avais pas eu la chance d'étudier l'espagnol à l'école, et je voulais vraiment le faire. Du coup, je suis parti en Espagne pendant un an pour apprendre la langue, et je ne voulais pas vraiment rentrer. Donc j'ai passé l'équivalent des A-levels en Espagne, et je suis allé à l'université là-bas. J'ai passé un diplôme pour être interprète, mais à ce moment-là, je n'avais aucune idée que j'allais être journaliste sportive. On m'a offert un poste dans une chaîne de télé en Allemagne, qui diffusait en plusieurs langues. Là-bas, je travaillais au bureau des sports, et un des présentateurs a quitté son poste, donc on m'a proposé de faire un casting. Au début, je ne voulais pas le faire, mais ils m'ont convaincu d'essayer, avant de me donner le job. Mais c'est vrai qu'au début, ce n'était pas vraiment mon plan de carrière.

Cela a plutôt bien marché, puisque vous êtes devenue une journaliste sportive reconnue, et vous avez été invitée à être maîtresse de cérémonie du Ballon d'or pour la première fois l'an passé. Comment cela s'est passé ? Comment est-ce que vous l'avez appris ? La première fois qu'on m'en a parlé, je présentais une cérémonie de l'UEFA à Monaco.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant