«Mes ambitions pour Swatch Group» 

le
0
INTERVIEW - C'est dans un climat euphorique que le géant mondial de l'horlogerie a dévoilé les collections 2011 de ses marques. Rencontre avec Nick et Nayla Hayek, qui président désormais aux destinées du groupe

Leur père, Nicolas Hayek, décédé il y a moins d'un an, a fondé cet empire horloger qui compte 19 marques couvrant tous les segments du marché. Aujourd'hui, son fils Nick est à la tête de la direction générale du Swatch Group. Sa sœur est présidente du conseil d'administration. Rencontre.

LE FIGARO. - Comment se passe cette foire de Bâle pour le Swatch Group?

Nick HAYEK. - Très bien. Elle reflète les résultats que nous avons eus ces derniers mois, en janvier et en février, et qui confirment que l'optimisme est revenu et que le public recherche des marques fortes. Il faut maintenant que la production suive. En 2011, le taux de change fort du franc suisse peut aussi être une source d'inquiétude. Nous possédons plus de 150 usines dans notre pays et tout ce qu'on produit est dans cette devise. Lorsqu'elle augmente, cela nous prive d'une grande partie de nos bénéfices.

L'an dernier, le chiffre d'affaires du Swatch Group a dépassé les 6,4 milliards de francs suisses,...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant