Mersen réduira encore la voilure, marges sous pression

le
0

PARIS (Reuters) - Mersen a vu ses résultats chuter en 2012, pénalisés par les coûts liés à ses mesures d'adaptation, et le groupe s'attend à un début d'année encore difficile avant une reprise d'activité au second semestre 2013.

Le fabricant de matériaux et d'équipements industriels, qui se recentre sur l'énergie solaire et éolienne et sur les marchés émergents, a précisé mercredi qu'il prévoyait d'alléger sa base de coûts d'environ 10 millions d'euros cette année et devrait faire face, dans le pôle matériaux, à une pression sur les prix et à un mix produits défavorable.

Dans ce contexte, les marges devraient rester sous pression. Mersen se fixe un objectif de marge d'Ebitda autour de 14% du chiffre d'affaires en 2013 après 14,3% en 2012 - en baisse de 3,3 points par rapport à 2011 proforma - et vise une marge opérationnelle courante autour de 9% après 9,4% en 2012 (contre 13,1% en 2011).

En 2012, le résultat opérationnel courant est ressorti à 76,3 millions d'euros, contre 106,5 millions un an plus tôt. Le résultat net a chuté à 6,3 millions d'euros, contre 59,7 millions en 2011, affecté par une charge de 25,4 millions liées à des cessions d'actifs non stratégiques et par des coûts de restructuration représentant 11,3 millions.

Mersen, qui prévient qu'il "sera confronté en 2013 à un environnement économique contrasté", pense générer un chiffre d'affaires du même ordre que celui de 2012 à périmètre et changes constants.

L'an dernier, le chiffre d'affaires consolidé est ressorti à 810,7 millions d'euros, stable proforma mais en repli de 8,8% à données comparables.

Le groupe a précisé qu'il poursuivrait l'amélioration de sa chaîne logistique et ses mesures d'optimisation du cash, et qu'il anticipait un niveau d'investissements industriels en nette diminution par rapport à 2012.

Il propose de verser un dividende de 0,45 euro par action au titre de l'exercice écoulé, contre un euro un an plus tôt.

En Bourse, l'action Mersen abandonnait 3,4% à 19,71 euros à 11h après ces annonces, dans un marché en hausse (+0,5% pour l'indice SBF 120).

"Les marges vont encore être sous pression cette année alors que le groupe s'attend à un premier semestre difficile. Il faudra voir comment les mesures de redressement envisagées par le groupe seront appliquées", commente un vendeur actions à Paris.

Le titre perd 6,5% depuis début janvier après avoir cédé 9,7% en 2012.

Noëlle Mennella, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant