Merkel veut éviter «un défaut incontrôlable de la Grèce» 

le
0
La chancelière allemande a mis un terme à la cacophonie régnant dans sa coalition, offrant un premier répit aux marchés.

Après plusieurs jours de flottement, les principaux dirigeants de la zone euro sont remontés en première ligne, mardi, pour tenter d'apaiser la crise de la dette. L'offensive est d'abord partie de la chancelière allemande, qui a essayé de faire taire la cacophonie régnant au sein de sa coalition. «La priorité absolue est de tout faire pour éviter un défaut incontrôlable de la Grèce car cela n'affecterait pas uniquement la Grèce mais le risque que cela touche d'autres pays serait très élevé», a déclaré Angela Merkel. Une mise au point très ferme à l'égard des membres de sa coalition, en particulier du vice-chancelier en charge de l'Économie, Philipp Roesler, qui avait mis le feu aux poudres lundi en évoquant un défaut d'Athènes.

Fidèle à son style, la chancelière n'a pourtant pas totalement fermé la porte à cette idée, en indiquant que la priorité était de l'éviter. «Tout doit être fait pour garder la zone euro unie politiquement, car sinon nous pourr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant