Merkel souhaite la poursuite des discussions UE-USA sur le TTIP

le
1
    BERLIN, 5 octobre (Reuters) - La chancelière allemande, 
Angela Merkel, a déclaré mercredi que l'Union européenne et les 
Etats-Unis devaient poursuivre aussi longtemps que possible les 
négociations sur le traité de libre-échange transatlantique 
(TTIP), en dépit de l'hostilité suscitée par le projet dans de 
nombreux pays européens. 
    "Nous continuons les discussions sur le TTIP et je crois que 
nous devons les poursuivre aussi longtemps que possible", 
a-t-elle dit lors d'un colloque organisé par la fédération des 
exportateurs BGA. 
    Son ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, a lancé cet été 
un débat nourri en Europe en constatant l'échec des discussions 
entre les deux rives de l'Atlantique faute de volonté de 
compromis du côté de Washington.  
    La France a quant à elle annoncé fin août qu'elle allait 
demander l'arrêt des négociations en raison d'un "déséquilibre 
évident" au profit des Américains.   
    Les opposants au projet d'accord estiment qu'il obligerait 
l'Europe à abandonner certaines normes dans le domaine de la 
protection de l'environnement et qu'il donnerait un pouvoir 
excessif aux entreprises multinationales. 
    Mais pour Angela Merkel, un accord pourrait permettre 
d'"écrire un nouveau chapitre de l'histoire de la 
mondialisation". 
    Le président de la BGA, Anton Börner, a déclaré quant à lui 
que "le TTIP pourrait être la dernière chance de l'Europe de 
participer à un accord commercial qui nous permette de fixer les 
règles du commerce mondial". 
    Ces règles ne plairaient sans doute pas à tout le monde, 
a-t-il admis, mais elles seraient "assurément meilleures que 
celles qu'écriraient d'autres pays sans démocratie ni respect 
pour les droits humains". 
    Les négociateurs européens et américains ont dit espérer 
pouvoir poursuivre les discussions au moins jusqu'à l'entrée en 
fonctions du successeur de Barack Obama à la présidence des 
Etats-Unis, fin janvier.  
    Certains responsables allemands et français ont jugé qu'il 
pourrait être utile de reprendre les discussions en abandonnant 
l'appellation TTIP. 
     
 
 (Michael Nienaber et Andrea Shalal; Marc Angrand pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 7 mois

    Angela Merkel est aux ordres de Washington.