Merkel promet d'agir vite militairement contre Daech

le
0
 (Actualisé avec autres citations et contexte) 
    PARIS, 25 novembre (Reuters) - Angela Merkel a promis 
mercredi à Paris que l'Allemagne réagirait rapidement sur le 
plan militaire contre l'Etat islamique (EI), après les attentats 
qui ont fait 130 morts le 13 novembre dans la capitale française 
et à Saint-Denis. 
    Au côté de la chancelière allemande à l'Elysée, François 
Hollande a déclaré : "Je souhaite que l'Allemagne puisse 
s'engager encore davantage dans la lutte contre Daech en Syrie 
et en Irak." 
    Angela Merkel a d'abord cité l'engagement de l'Allemagne 
d'envoyer des troupes au Mali, dont le nombre pourrait atteindre 
650 selon le ministère allemand de la Défense  , 
avant d'ajouter : "Lorsque le président m'invite à réfléchir aux 
responsabilités supplémentaires que nous pourrions assumer, pour 
moi c'est une véritable mission." 
    "Nous réagirons vite car nous voulons lutter ensemble contre 
le terrorisme, c'est notre mission, c'est notre devoir, il faut 
agir avec détermination. Daech, nous ne pourrons pas le vaincre 
avec des paroles, il faudra des moyens militaires", a poursuivi 
la chancelière.  
    A la suite des attentats, la France a obtenu le soutien de 
ses partenaires européens dans sa lutte contre le terrorisme en 
vertu de l'article 42.7 du traité de Lisbonne.       
    Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, 
avait précisé à cette occasion que l'aide européenne pourrait se 
traduire par un soutien accru en Syrie, en Irak et en Afrique, 
où la France est engagée militairement. 
    Le président français, qui avait appelé de ses voeux la 
création d'une "grande coalition" pour "détruire" l'Etat 
islamique, a vu mardi à Washington son homologue américain, 
Barack Obama. 
    Il recevra jeudi matin le président du Conseil italien, 
Matteo Renzi, avant de s'envoler pour Moscou pour un entretien 
avec le président russe, Vladimir Poutine.   
    Outre l'envoi de militaires au Mali pour renforcer le 
contingent de casques bleus de l'Onu et aider les forces 
françaises, la ministre allemande de la Défense, Ursula von der 
Leyen, a annoncé mercredi que l'Allemagne comptait accroître le 
nombre de ses militaires qui forment les "peshmergas" 
(combattants kurdes) dans le nord de l'Irak. Le contingent 
allemand passerait de 100 à 150 hommes.   
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Myriam Rivet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant