Merkel prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro

le
36
Merkel prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro
Merkel prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro

La chancelière allemande Angela Merkel est prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro, au cas où la Gauche radicale grecque remettrait en cause la politique de rigueur budgétaire dans ce pays, affirmait samedi l'édition en ligne du magazine Der Spiegel.

«Le gouvernement allemand juge quasiment inévitable une sortie (de la Grèce) de la zone euro, si le chef de l'opposition Alexis Tsipras (Gauche radicale Syriza) dirige le gouvernement après les élections (législatives), abandonne la ligne de rigueur budgétaire et ne rembourse plus les dettes du pays», affirme le site web de l'hebdomadaire, s'appuyant sur «des sources proches du gouvernement allemand».

Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble (tous deux conservateurs) ont changé d'avis et «jugent supportable une sortie du pays de la monnaie unique en raison des progrès accomplis par la zone euro depuis le sommet de la crise en 2012», assure le Spiegel Online, toujours sur la base de ces sources.

«Le risque de contagion pour d'autres pays est limité car le Portugal et l'Irlande sont considérés comme assainis. Par ailleurs, le MES (mécanisme européen de stabilité) fournit un mécanisme de sauvetage puissant et l'Union bancaire assure la sécurité des instituts de crédit», auraient encore confié ces sources.

Au sein du gouvernement, la première réaction à l'article du Spiegel est venue du secrétaire d'Etat social-démocrate aux Affaires européennes, Michael Roth. «La Grèce est membre de la zone euro. Et doit le rester. Il faut éviter de provoquer, par la parole, des conséquences politiques et économiques qui seraient malvenues», a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

La gauche radicale pourrait remporter les élections

Après avoir échoué à faire élire un nouveau président de la République en Grèce, le parlement grec a annoncé mercredi sa dissolution et a confirmé l'organisation le 25 janvier d'élections législatives ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bali16 le lundi 5 jan 2015 à 08:59

    Encore de misérables - je n'aime pas les sans dents a dit notre chef. Qu'ils partent de la zone Euro et j'aurai des vacances bonne marché en Grèce

  • SuRaCtA le dimanche 4 jan 2015 à 22:53

    lovah tu peux aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs si tu juge la misère en Europe trop grande, mais franchement au lieu de cracher dans la soupe tu ferrais bien de réaliser que nous possédons un des plus important niveau de vie, et que les "réformes" visent à le préserver pour les générations qui vont nous suivre...

  • lovah le dimanche 4 jan 2015 à 21:22

    Réforme :Contre-réforme visant à appauvrir la population et à rendre son existence plus misérable encore.

  • lovah le dimanche 4 jan 2015 à 21:21

    REFORMES. Mot trompeur ; principale activité de la classe politique consistant à essayer de modifier les sociétés européennes dans le sens conforme à l’idéologie dominante et non pas conformément aux attentes des citoyens (trad. : bouleversements) Voir aussi « Rupture » et « Changement ».

  • M9035148 le dimanche 4 jan 2015 à 15:14

    Bravo mammy tu es la seule à savoir diriger l'europe... remets une dose à Flanby l'incapable pour les réformes structurelles qu'il ne fait pas et qui plonge la France dans le sillage de la Grèce....

  • M7361806 le dimanche 4 jan 2015 à 14:32

    Face aux grecs nous avons enfin trouvé un homme qui en a !

  • totokaor le dimanche 4 jan 2015 à 13:59

    Apres la Grece ce sera le tour de la France en 2017!!!!

  • alteis le dimanche 4 jan 2015 à 13:34

    que la grece sorte ça fera un marche de moins pour les ricains et leur pacte transatlantique

  • sense78 le dimanche 4 jan 2015 à 12:56

    On ne peut pas obliger un peuple à vouloir s'en sortir.On doit protéger l'UE de pratiques malhonnêtes visant à fausser ses comptes, à obliger les créanciers à abandonner des dizaines de milliards d'euros moyennant une promesse de remboursement réduit, faire payer tous les contribuables européens pour eponger les déficits grecs et puis indiquerqu'il n'est plus question de rembourser en plongeant l'Euro dans le doute et les attaques des marchés.

  • M2949628 le dimanche 4 jan 2015 à 12:34

    Elle n'a rien dit pour l'instant. C'est la presse qui a dit, donc il faut voir exactement la position de AM et je suis sûr qu'elle est trop avisée pour se risquer à de pareilles déclarations 20 jours avant les élections législatives grecques....