Merkel-Plaidoyer pro domo à la veille des élections régionales

le
1
    BERLIN, 12 mars (Reuters) - A la veille d'importantes 
élections régionales dont elle risque de sortir affaiblie, la 
chancelière allemande Angela Merkel a défendu une dernière fois 
samedi sa politique en matière d'immigration. 
    La chancelière, connue pour sa prudence, a pris la décision 
à haut risque, l'été dernier, d'ouvrir les frontières allemandes 
aux réfugiés fuyant la guerre en Syrie, ce qui lui a valu d'être 
élue "personne de l'année" par le magazine Time, tout en 
suscitant inquiétude et mécontentement dans une partie de la 
population allemande, y compris dans son propre électorat 
conservateur, face à l'afflux de plus d'un million de demandeurs 
d'asile. 
    La question des migrants est devenue le thème central des 
élections régionales qui ont lieu dimanche dans trois Länder 
allemands, en Bade-Wurtemberg et Rhénanie-Palatinat, dans la 
partie ouest du pays et en Saxe-Anhalt dans la partie orientale. 
    Dans ce contexte, le parti anti-immigration AfD (Alternative 
pour l'Allemagne), déjà présent dans cinq des 16 Parlements 
régionaux allemands, devrait faire son entrée dans les trois 
Etats qui votent dimanche et l'Union chrétienne-démocrate (CDU) 
de la chancelière pourrait se retrouver affaiblie. 
    "Il y a des moments dans la vie, et cela a été le cas à 
l'automne dernier, où il n'est pas possible d'organiser un long 
débat sur les principes", a déclaré la chancelière, pour 
défendre sa position.  
    "Soudain, les gens sont là et ont besoin de protection", a 
déclaré la chancelière, lors d'un meeting dans le 
Bade-Wurtemberg où le candidat de la CDU est distancé dans les 
sondages par celui des Verts, le ministre-président sortant du 
Land. 
    Les dirigeants européens, a ajouté la présidente de la CDU, 
passent trop de temps à discuter de l'accord sur l'immigration 
avec la Turquie, qui doit être entériné lors d'un prochain 
sommet des dirigeants européens les 17 et 18 mars. Il s'agit 
d'un accord de bon sens, efficace en termes de coûts, a dit 
Angela Merkel.  
    "C'est la raison pour laquelle je pense que tout cela est 
tout à fait juste", a déclaré la chancelière sous les 
applaudissements. 
    Interrogée sur son état d'esprit avant le scrutin de 
dimanche, la diplômée de physique-chimie a répondu : "je croise 
les doigts." 
         
    Voir aussi l'AVANT-PAPIER : 
    Merkel risque de sortir affaiblie des régionales  
 
 (Paul Carrel; Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan il y a 9 mois

    quand on est dans l'erreur on persiste pas à continuer contre son opinion publique.