Merkel lâche le solaire européen pour séduire Pékin

le
0
INFOGRAPHIE - Suite à la plainte des constructeurs de panneaux solaires européens, Bruxelles s'apprête à déclencher une enquête sur le dumping des Chinois. La chancelière allemande semble opposée à des sanctions.

Entre les intérêts des puissants constructeurs automobiles allemands et la fragile industrie solaire européenne, Angela Merkel a fait son choix. À l'occasion de sa visite à Pékin, la chancelière a sacrifié la défense des constructeurs de panneaux solaires européens sur l'autel de ses bonnes relations avec la Chine. Au risque de provoquer une crise avec Bruxelles qui envisage d'ouvrir une enquête contre les fabricants chinois, accusés de dumping sur le marché européen.

«Je suggère que la Commission européenne et la Chine tentent de résoudre cette question à travers la discussion plutôt que par des procédures antidumping», a déclaré Merkel après sa rencontre avec le premier ministre chinois Wen Jiabao, jeudi, à Pékin. Une déclaration en forme de désaveu pour l'industrie allemande du solaire, qui appelle l'UE à imposer des mesures de rétorsion commerciale contre la concurrence chinoise, jugée déloyale.

Représailles commerciales

Le 24 juillet dernier, vin...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant