Merkel, Hollande, Cameron défendent l'accord sur le nucléaire iranien

le
0

NATIONS UNIES, 10 septembre (Reuters) - Les dirigeants français, allemand et britannique, dans une tribune publiée dans le Washington Post, défendent l'accord conclu le 14 juillet dernier à Vienne sur le programme nucléaire iranien, qui rencontre une vive opposition de la part des élus républicains au Congrès américain. "Le Congrès américain se prononce cette semaine sur le soutien ou non à cet accord", écrivent la chancelière allemande Angela Merkel, le président français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron. "C'est un moment important. C'est une occasion décisive, en ces temps de grande incertitude dans le monde, de montrer ce que peut faire la diplomatie." "Deux années de négociations difficiles et approfondies ont permis un accord qui bloque toute possibilité de voir l'Iran se doter de l'arme nucléaire, en échange d'un assouplissement progressif des sanctions (...)", ajoutent les trois dirigeants européens. Le président de la Chambre des représentants John Boehner a indiqué jeudi que ses collègues du Parti républicain feraient tout ce qui était en leur pouvoir pour s'opposer à l'adoption par le Congrès américain de l'accord sur le programme nucléaire iranien. Les opposants à l'administration démocrate de Barack Obama n'ont pas encore arrêté leur stratégie définitive. Le Nuclear Review Act, promulgué par Barack Obama au mois de mai, accorde au Congrès américain jusqu'au 17 septembre pour adopter ou rejeter l'accord conclu avec la République islamique. (Louis Charbonneau avec Patricia Zengerle à Washington, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant