Merkel et Sarkozy défendent l'euro

le
0
À Fribourg, les deux chefs d'État se sont montrés hostiles à l'idée d'une mutualisation des dettes européennes.

Le sommet franco-allemand de Fribourg a placé la coopération entre les deux pays et leur attachement à l'euro dans une perspective historique. Après avoir salué l'établissement de soldats allemands en France dans le cadre de la coopération militaire entre les deux États, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel ont martelé qu'ils étaient «profondément attachés à l'euro».

«L'euro, c'est l'Europe», a affirmée chef de l'État français, lors de la conférence de presse vendredi. «L'Europe, c'est la partie non négociable de l'avenir de nos pays», a-t-il ajouté. «Nous ferons ce qu'il faut pour défendre l'euro et l'Union européenne.»

Les deux dirigeants ont cependant rejeté une nouvelle fois l'idée d'une mutualisation des dettes européennes sous forme d'émissions obligataires européennes («eurobond»). La proposition avait été faite par le premier ministre luxembourgeois et président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant