Merkel et Hollande à l'unisson pour un «président de l'Eurogroupe à temps plein»

le
4
Merkel et Hollande à l'unisson pour un «président de l'Eurogroupe à temps plein»
Merkel et Hollande à l'unisson pour un «président de l'Eurogroupe à temps plein»

Une coordination économique renforcée, davantage de cohérence et de coopération entre les pays de la zone euro pour lutter contre le chômage et plus particulièrement celui des jeunes : tels sont les objectifs que la France et l'Allemagne entendent mettre au menu au sommet européen des 27 et 28 juin.

Cette première contribution franco-allemande commune depuis l'arrivée au pouvoir du président socialiste a vu la chancelière se rallier au souhait exprimé le 16 mai par François Hollande de créer d'un «gouvernement économique européen». «Nous sommes d'accord pour qu'il y ait plus de sommets européens avec un président à temps plein de l'Eurogroupe», a déclaré le président jeudi lors d'une conférence de presse commune à l'Elysée. Jusqu'ici, le président de l'Eurogroupe était un des 17 ministres des Finances des pays de la zone euro. Actuellement, c'est le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem qui assume ces fonctions, succédant au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

VIDEO. Paris et Berlin pour un président permanent de l'Eurogroupe

«Le Pacte de stabilité ne constitue pas une base suffisante pour éviter les situations de déficit?» des Etats membres, a convenu la chancelière. Cette gouvernance rapprochée serait dotée de moyens renforcés, avec un fonds qui, disposant de ressources propres, pourrait financer les contrats de compétitivité ou la lutte contre le chômage des jeunes, avance Hollande, qui souhaite par ailleurs l'instauration de salaires minimums et une harmonisation fiscale.

La chancelière se trompe de François

Angela Merkel a commis jeudi un lapsus lors de sa conférence de presse conjointe avec François Hollande, qu'elle a confondu avec l'un de ses illustres prédécesseurs, François Mitterrand. «Les thèmes sur lesquels nous travaillons ont été évoqués par François Mitterrand: il s'agit de stimuler la compétitivité, l'emploi, la croissance.» «François Hollande, pas François...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le jeudi 30 mai 2013 à 18:55

    Non seulement il nous a enfoncé défintivement dans la m.erde mais il trouve le moyen de sourire...et en plus Merkel se fout proprement de sa gu.eule ! Nous sommes la risée de toute l'Europe. Quand je vais à l'étranger, j'ai honte de dire que je suis français !

  • g.gille7 le jeudi 30 mai 2013 à 17:16

    avec lui ça va être encore plus facile qu'avec Nicolas, voila ce qu'elle se dit l'angela!

  • M4958114 le jeudi 30 mai 2013 à 16:52

    toi tu est un guignol !!

  • M2280901 le jeudi 30 mai 2013 à 14:03

    Merkel n'aime pas le capitaine de pédalo comme 70% des français