Merkel défend les expulsions de migrants vers d'autres pays de l'UE

le
1

BERLIN,13 novembre (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a défendu vendredi la décision de son ministre de l'Intérieur d'appliquer à nouveau les règles européennes qui obligent les migrants à déposer leur demande d'asile dans le pays par lequel ils sont entrés dans l'Union. Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a décidé il y a trois semaines de durcir les contrôles aux frontières sans en avertir Angela Merkel ni son chef de cabinet, Peter Altmaier, chargé par la chancelière de superviser la gestion gouvernementale du drame des migrants et réfugiés. Lors d'une conférence de presse, Angela Merkel a déploré que "malheureusement", trop peu de demandeurs d'asile formulent leur requête dans le pays par lequel ils sont entrés dans le bloc, ce qui est contraire au règlement dit Dublin. "C'est la raison pour laquelle le nombre de cas est faible en réalité", a dit Angela Merkel. "Je pense toutefois que cette règle est juste, parce que nous voulons élaborer une clé de répartition aussi juste que possible en Europe." "Nous devons partager le fardeau équitablement, c'est évident", a-t-elle poursuivi, ajoutant que la décision de remettre le règlement de Dublin en vigueur permettrait d'atteindre cet objectif à moyen terme. En août, Berlin avait suspendu l'application de ce règlement pour les Syriens. En affichant une attitude relativement conciliante à l'égard des migrants, la chancelière s'est coupée d'une partie de l'électorat allemand et de certains membres de la coalition CDU/CSU qui l'ont accusée d'avoir ouvert en grand les portes de l'Allemagne. (Michael Nienaber; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • milano12 le vendredi 13 nov 2015 à 17:55

    partager le fardeau ? mais elle rêve