Merkel défend la liberté de création après une plainte d'Erdogan

le
0
 (Ajoute réaction d'Angela Merkel) 
    BERLIN, 12 avril (Reuters) - Angela Merkel a souligné mardi 
l'importance de la liberté d'opinion et de création en 
Allemagne, après le dépôt par le président turc Recep Tayyip 
Erdogan d'une plainte devant un tribunal allemand contre un 
humoriste qui a lu récemment à la télévision publique ZDF un 
poème satirique à son encontre.  
    "Nous avons des valeurs fondamentales dans notre 
Constitution, parmi lesquelles l'article 5, qui garantit la 
liberté d'opinion, la liberté scientifique et bien sûr la 
liberté artistique", a déclaré la chancelière allemande. 
    "L'art et ces valeurs fondamentales sont valables quels que 
soient les problèmes politiques dont nous discutons entre nous, 
et qui comprennent la question des réfugiés", a-t-elle ajouté.  
    Le parquet de Mayence a confirmé mardi le dépôt d'une 
plainte pour insulte par des avocats représentant le chef de 
l'Etat turc contre Jan Böhmermann, qui anime l'émission de fin 
de soirée "Neo Magazin Royale" sur la ZDF. C'est désormais au 
gouvernement allemand d'y donner suite ou pas.  
    Lundi, le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert, a 
déclaré que Berlin annoncerait une décision dans les jours qui 
viennent.  
    Dans l'émission du 31 mars, Jan Böhmermann a lu un "poème" 
contenant des allusions sexuelles et accusant Recep Tayyip 
Erdogan de réprimer les minorités et de maltraiter les Kurdes et 
chrétiens dans son pays.  
    L'animateur et humoriste entendait ainsi railler la réaction 
du pouvoir turc après la diffusion sur une autre chaîne, la NDR, 
d'une chanson satirique moquant le traitement autoritaire de la 
presse en Turquie. Ankara avait convoqué l'ambassadeur 
d'Allemagne pour réclamer une explication et Berlin avait rejeté 
les protestations turques.  
    Avant de lire son texte, Jan Böhmermann a expliqué vouloir 
donner un exemple de "critique injurieuse" et interdite et 
défendre la liberté de création et d'opinion. 
 
 (Michelle Martin, Michael Nienaber; Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant