Merkel défend la coopération entre Berlin et la NSA américaine

le , mis à jour à 15:35
3

BERLIN, 4 mai (Reuters) - Angela Merkel a défendu lundi la coopération entre la National Security Agency (NSA) et les services de renseignement extérieurs allemands (BND), accusés d'avoir violé la loi afin d'espionner des personnalités politiques et des entreprises en Europe pour le compte des Américains. La chancelière allemande, qui s'exprimait pour la première fois publiquement sur cette affaire révélée fin avril par la presse allemande, a assuré que ses services coopéreraient pleinement à une enquête parlementaire. Angela Merkel a réaffirmé qu'il n'était pas acceptable de s'espionner entre pays amis, en référence à ses propos de 2013, quand elle avait appris que son téléphone portable était écouté par la National Security Agency (NSA). "Mais d'un autre côté", a-t-elle dit, "les agences de renseignement travaillent pour assurer la sécurité de la population et le gouvernement allemand fera tout son possible pour garantir qu'elles peuvent mener ce travail à bien." "Face aux menaces terroristes internationales", le BND coopère avec les autres agences de renseignement, "et cela comprend d'abord et avant tout la NSA", a ajouté la chancelière. Les informations de l'hebdomadaire Der Spiegel sur une collaboration présumée entre le BND et la NSA pendant plus de dix ans ont suscité de vives réactions et conduit jeudi dernier Airbus Group AIR.PA à annoncer le dépôt d'une plainte contre X. ( ID:nL5N0XR6HI ) Selon le Spiegel, le BND a ordonné en 2013 la destruction de 12.000 adresses IP, adresses de messagerie électronique et numéros de téléphones de responsables gouvernementaux allemands qu'il suivait pour le compte de la NSA. Le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, un proche allié d'Angela Merkel, dont il fut le chef de cabinet entre 2005 et 2009, a nié avoir menti au Parlement à propos de la coopération entre Berlin et le renseignement américain. Des médias allemands ont rapporté que le BND avait aidé les services américains à espionner la présidence et le ministère des Affaires étrangères français, ainsi que la Commission européenne. Pour Paris, les informations sur cette coopération sont dépassées. "L'Allemagne a fait le nécessaire pour rétablir une confiance mutuelle", a-t-on déclaré samedi au ministère français des Affaires étrangères. ID:nL5N0XT0J3 (Noah Barkin, Andreas Rinke; Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Tangi Salaün)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 4 mai 2015 à 18:50

    Nos bons amis américains...

  • kurki le lundi 4 mai 2015 à 16:42

    Ben voyons, les gars de la NSA sont si sympa !

  • aerosp le lundi 4 mai 2015 à 16:22

    Le fascisme s'installe, puis l'Histoire le dira