Merkel autorise les poursuites contre l'auteur d'une satire anti-Erdogan

le
1
Merkel autorise les poursuites contre l'auteur d'une satire anti-Erdogan
Merkel autorise les poursuites contre l'auteur d'une satire anti-Erdogan

Entre ménager la Turquie, un partenaire crucial pour juguler l'afflux des migrants en Europe, et respecter la liberté d'expression, la chancelière allemande a longuement hésité. Ce vendredi, Angela Merkel a décidé vendredi de donner suite à la demande de poursuites pénales réclamées par la Turquie contre l'humoriste Jan Böhmermann qui a notamment traité le président turc Recep Tayyip Erdogan d'«enc... de chèvre».

Dans une première chanson diffusée le 17 mars sur une des chaînes de la ZDF, Jan Böhmermann critiquait l'autoritarisme du gouvernement turc. L'ambassadeur d'Allemagne avait alors été convoqué par Ankara. L'humoriste récidive le 31 mars dans des termes bien plus grossiers traitant le président turc de pédophilie.

Un délit de «lèse-majesté» passible de trois ans de prison

Le comique avait expliqué à l'antenne savoir qu'il allait au-delà de ce que le droit allemand autorise, et qu'il entendait démontrer par l'absurde combien le pouvoir turc avait eu tort de s'attaquer à sa première chanson qui critiquait la remise en cause des libertés publiques en Turquie. Sa chaîne qui a retiré la vidéo en ligne, a jugé jeudi que si son texte n'était pas du meilleur goût, il n'était pas «pénalement répréhensible».

Mais Erdogan voit rouge et réclame officiellement à Berlin de permettre ces poursuites contre cet humoriste.  En Allemagne actuellement, insulter le représentant d’un Etat étranger est passible de trois ans de prison. Dans un premier temps, le pays concerné doit  réclamer la poursuite pénale pour les insultes. Le gouvernement doit ensuite l’autoriser, puis laisser la justice trancher. La chancelière entend que cette disposition du code pénal soit supprimée d'ici à 2018.

Merkel : «Les tribunaux auront le dernier mot»

«Dans (un Etat de droit) donner une autorisation pour des poursuites pénales pour le délit particulier d'insulte envers des organes ou de représentants d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 8 mois

    Merkel se couche devant Erdogan.