Merkel attendue au chevet de la Deutsche Bank

le , mis à jour à 06:48
5
Merkel attendue au chevet de la Deutsche Bank
Merkel attendue au chevet de la Deutsche Bank

Angela Merkel va-t-elle intervenir pour sauver la Deutsche Bank ? La première banque d'outre-Rhin est en effet dans la tourmente et la planète finance retient son souffle, dans l'attente d'un signe du gouvernement allemand pour éviter une faillite façon Lehman Brothers qui ébranlerait l'Europe.

 

L'action est passée vendredi sous la barre fatidique des 10 €, semant un vent de panique sur les places financières européennes. Victimes des fonds spéculatifs américains, qui ont décidé de réduire leur volume d'affaires avec l'établissement de Francfort, la Deutsche Bank n'est plus qu'un « tas de ruines », déplore la presse allemande. Aux Etats-Unis, la banque est aussi menacée d'une amende infligée par le ministère de la Justice pour solder un litige lié à la « crise des subprimes » (prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis ayant causé la crise de 2008). D'un montant de 14 Mds$ (12 Mds€), elle a ensuite été ramenée à 5,4 Mds$ (4,8 Mds€). La banque doit aussi régler 8 000 litiges dans le monde pour lesquels elle a provisionné plus de 5 Mds€. L'établissement paye les errements des « golden boys » qui ont transformé ce fleuron de la finance en « boîte de spéculateurs », accuse le magazine « Der Spiegel ». Dans le top 10 des plus grandes banques mondiales il y a cinq ans, Deutsche Bank se retrouve aujourd'hui au niveau de la banque publique malaisienne, au 78e rang !

 

Après une perte de près de 7 Mds€ en 2015, la direction a engagé un plan de restructuration prévoyant la suppression de 9 000 postes dans le monde et des baisses de salaires.

 

Après avoir piloté des centaines d'OPA hostiles, la Deutsche Bank est devenue elle-même une proie en Bourse. « Mais personne ne veut la racheter », explique Hans-Peter Burghof, professeur d'économie bancaire à l'université de Hohenheim (Allemagne).

 

Une faillite serait désastreuse pour toute l'économie allemande ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a 2 mois

    La finance est mon ennemie, surtout si on se trouve dans la classe des négationnistes. Il faudrait un peu arrêter de porter anathème sur le système bancaire. rien n'oblige personne à travailler avec des produits structurés, et en face de tout acheteur, il y a un vendeur et réciproquement. il faut espérer que les gens, et les sociétés, soient adultes et responsables... personnellement, il m'arrive d perdre de l'argent, -ce n'est guère agréable- mais je sais la nature des risques que je prends

  • canddide il y a 2 mois

    Comme Soc Générale, la banque est victime de ses traders selon les journaux, et ses dirigeants des victimes aussi sans doute. Suffit de faire les comptes pour voir les vrais victimes ! c'est pas plus compliqué que ça. :-) Et bravo l'Allemagne donneuse de leçons :-))

  • BARIL22 il y a 2 mois

    Wir schaffen das, yes we can, ça va mieux

  • tchazard il y a 2 mois

    il paraitrait que les speculatos sont tous rassurrés par l 'amende de 5,4 milliards par pitié des maitres US de l 'UE....ont peur de rien ces sauvageons comme d'hab

  • tchazard il y a 2 mois

    décimée par les subprimes et achevée par les fonds speculatifs US...et ce pays met des sanctions et larbinne les USA. l 'allemagne est le leader de la fameuse UE