Merkel à Bruxelles : «L'espionnage entre amis, cela ne va pas du tout»

le
1
Merkel à Bruxelles : «L'espionnage entre amis, cela ne va pas du tout»
Merkel à Bruxelles : «L'espionnage entre amis, cela ne va pas du tout»

A son arrivée jeudi à Bruxelles au sommet européen, la chancelière allemande Angela Merkel, dont le téléphone portable pourrait être surveillé par les Américains, a d'emblée déclaré : «L'espionnage entre amis, ça ne va pas du tout». Si ces informations étaient confirmées, ce serait «totalement inacceptable» et porterait un «coup sérieux à la confiance» entre l'Allemagne et les Etats-Unis, deux pays amis, a prévenu la chancelière.

Le système de surveillance cybernétique américain dévoilé par Edward Snowden, l'ex-agent de la CIA réfugié en Russie, s'est invité à la rencontre bruxelloise qui a débuté vers 17h30. D'autant que la France est concernée :«Le Monde» avait révélé lundi que l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) avait effectué des millions d'enregistrements de données téléphoniques de Français fin 2012 début 2013, et avait espionné les ambassades françaises. Egalement au menu des 28 : la politique d'immigration, trois semaines jour pour jour après la tragédie de Lampedusa.

Aucune unité des 28 jusqu'ici

Les Européens n'ont jusqu'à présent affiché aucune unité face à ce scandale. Et pour cause : non seulement les questions de renseignement relèvent des compétences nationales, mais l'espionnage se pratique aussi entre pays de l'UE. Le journaliste du «Guardian» Glenn Greenwald, détenteur des dossiers que lui a confiés Edward Snowden, a affirmé que les Italiens avaient été espionnés non seulement par les services américains, mais également par les Britanniques.

Autre signe de l'incapacité des Européens à afficher un front uni, leurs divergences sur le projet de loi sur la protection des données présenté il y a plusieurs mois par la Commission européenne. «Maintenant, il faut agir et pas seulement faire des déclarations», a lancé jeudi la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding, appelant les dirigeants européens à faire en sorte que la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yt75 le jeudi 24 oct 2013 à 19:09

    Il serait déjà important de comprendre que pour les données personnelles, aucune loi "défensive" sur l'existant ne fonctionnera, il s'agit avant tout d'un problème de structure et besoin d'un nouveau rôle, plusieurs organisations ds le rôle, séparation des rôles : http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/