Mère Teresa canonisée par le pape

le , mis à jour à 08:57
0
Mère Teresa canonisée par le pape
Mère Teresa canonisée par le pape

Troisième étage du palais du Vatican, celui où est situé le bureau du pape. En cette année 1987, Hervé Giraud, alors jeune prêtre, tombe nez à nez avec... mère Teresa. « C'était déjà une figure mondiale de la charité. Elle était toute toute petite mais m'a tellement impressionné que je n'ai eu pour seul mot qu'un sourire, qu'elle m'a rendu », se remémore l'archevêque de Sens-Auxerre.

 

Comme des millions de catholiques à travers le monde, Mgr Giraud aura aujourd'hui le regard tourné vers Rome. Près de vingt ans après sa mort en 1997, la religieuse controversée de Calcutta sera faite « sainte » ce matin. Sa canonisation sera prononcée lors d'une messe présidée par le pape François. « C'est un moment fort pour les catholiques. En termes d'engagement, elle est l'équivalent chez nous de l'abbé Pierre ou de sœur Emmanuelle », décrypte Michel Dubost, l'évêque d'Evry (Essonne), qui a lui aussi croisé sa route. C'était aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) à Denver (Etats-Unis) en 1993.

 

Alors, « bien sûr », il revient sur son dévouement aux pauvres, avec lesquels la (bientôt) sainte au sari blanc avait élu domicile jusqu'à sa mort dans les bidonvilles indiens. Ou encore la bâtisse où elle accueillait les mourants, les maisons pour orphelins, lépreux, malades du sida qui ont essaimé sous sa coupe partout dans le monde... « Mais ce que je retiens vraiment d'elle, reprend l'évêque, c'est à quel point elle dit quelque chose du monde actuel. Elle prouve que ce qui fait la dignité de l'homme n'est ni le fric, ni les diplômes, mais plutôt sa faiblesse. » L'évêque marque un silence, avant de reprendre : « Etre saint, c'est avoir la fierté de ses convictions dans un monde contradictoire. C'est ce qu'a fait le père Hamel », estime-t-il, en référence au prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray assassiné le 26 juillet dans son église et pour lequel des voix religieuses demandent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant