Merck prudent pour 2016, ses principaux médicaments à la peine

le
0
    3 février (Reuters) - Le groupe pharmaceutique américain 
Merck & Co  MRK.N  a présenté mercredi des prévisions prudentes 
pour cette année après des ventes décevantes au quatrième 
trimestre pour deux de ses principaux médicaments, 
l'antidiabétique Januvia et le traitement de la polyarthrite 
rhumatoïde Remicade.  
    Les ventes du Januvia et du Janumet, un dérivé, qui 
constituent la principale ligne de produits de l'entreprise, ont 
chuté de 12% à 1,45 milliard de dollars (1,31 milliard d'euros), 
ce que Merck explique en grande partie par un décalage des 
achats entre le troisième et le quatrième trimestres.  
    La concurrence d'un nombre croissant de traitements oraux du 
diabète a également pesé sur le chiffre d'affaires. 
    Le Remicade, désormais concurrencé par des versions 
génériques hors des Etats-Unis, a subi quant à lui un recul de 
29% de ses ventes, à 396 millions de dollars. 
    A Wall Street, l'action Merck cédait 2,96% à 48,92 dollars à 
15h45 GMT alors que l'indice Dow Jones  .DJI  reculait de 0,82%. 
    Merck compte sur le Keytruda, un traitement 
immuno-oncologique du mélanome et du cancer du poumon, pour 
relancer ses bénéfices au cours des années à venir.  
    Le Keytruda a réalisé 214 millions de dollars de chiffre 
d'affaires au quatrième trimestre, moins de la moitié de celles 
de l'Opdivo, un anticancéreux rival de Bristol-Myers Squibb 
 BMY.N  (475 millions).  
    Au total, Merck, numéro deux américain du secteur derrière 
Pfizer  PFE.N , a réalisé sur octobre-décembre un chiffre 
d'affaires en baisse de 3% sur un an à 10,22 milliards de 
dollars, alors que les analystes financiers prévoyaient en 
moyenne 10,35 milliards.  
    Selon le groupe, hors impact de l'appréciation du dollar, le 
chiffre d'affaires aurait augmenté de 4%.  
    Le bénéfice net, lui, est revenu à 976 millions de dollars 
sur le trimestre clos le 31 décembre, contre 7,32 milliards un 
an plus tôt.  
    Hors coûts d'acquisition et autres éléments exceptionnels, 
le bénéfice par action (BPA) ajusté ressort à 93 cents, 
dépassant de deux cents le consensus Thomson Reuters I/B/E/S. 
    Tim Anderson, analyste de Sanford Bernstein, explique cet 
écart principalement par une baisse du taux d'imposition.  
    Pour 2016, Merck prévoit un bénéfice par action de 3,60 à 
3,75 dollars hors exceptionnels. Le consensus est actuellement 
de 3,72 dollars.  
    Le chiffre d'affaires annuel devrait se situer entre 38,7 et 
40,2 milliards de dollars selon le groupe, contre 40,25 
milliards pour le consensus.  
     
 
 (Ransdell Pierson, avec Amrutha Penumudi à Bangalore; Marc 
Angrand pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant