Merck KGaA va racheter l'américain Sigma-Aldrich

le
0
MERCK KGAA DÉBOURSE 17 MILLIARDS DE DOLLARS POUR SIGMA-ALDRICH
MERCK KGAA DÉBOURSE 17 MILLIARDS DE DOLLARS POUR SIGMA-ALDRICH

FRANCFORT (Reuters) - Le groupe pharmaceutique et chimique allemand Merck KGaA a annoncé lundi le rachat de l'américain Sigma-Aldrich pour 17 milliards de dollars (13,1 milliards d'euros) en numéraire, la plus grosse acquisition de son histoire, saluée par une nette hausse de son cours de Bourse.

L'opération doit permettre à Merck de renforcer Merck Millipore, sa filiale spécialisée dans les fournitures, équipements et services pour les laboratoires.

L'accord approuvé par le conseil d'administration de Sigma-Aldrich prévoit une offre d'achat au prix de 140 dollars par action, soit avec une prime de 37% par rapport au cours de clôture de vendredi (102,37 dollars) et de 36% par rapport au cours de clôture moyen sur un mois, a précisé Merck.

Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre Sigma-Aldrich gagnait près de 17%.

L'acquisition de Sigma-Aldrich devrait permettre de dégager des synergies estimées à environ 260 millions d'euros dans un délai de trois ans après la clôture de l'opération.

A la Bourse de Francfort, l'action Merck, en baisse juste après l'annonce de l'acquisition, gagnait 6,39% à 74,05 euros vers 12h55, de loin la plus forte hausse de l'indice Stoxx européen de la pharmacie, qui prenait alors 0,23%. Le secteur de la chimie progressait pour sa part de 0,15%.

Sigma-Aldrich, dont le siège est à St Louis (Missouri), se présente comme le premier fournisseur mondial de produits biochimiques et organiques pour les laboratoires de recherche. Il a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 2,7 milliards de dollars et un bénéfice net de 491 millions.

Merck, numéro un mondial des cristaux liquides destinés aux écrans des téléviseurs et ordinateurs, a fait des équipements pour laboratoires l'une de ses principales activités avec le rachat de l'américain Millipore en 2010 pour six milliards de dollars.

Auparavant, il avait racheté le groupe suisse de biotechnologies Serono pour 10,3 milliards d'euros.

(Ludwig Burger et Maria Sheahan, Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant