Merck cède sa branche grand public à Bayer

le
0
MERCK VEND SA DIVISION GRAND PUBLIC À BAYER POUR 14,2 MILLIARDS DE DOLLARS
MERCK VEND SA DIVISION GRAND PUBLIC À BAYER POUR 14,2 MILLIARDS DE DOLLARS

(Reuters) - Le géant pharmaceutique américain Merck & Co a conclu la vente de sa division grand public à l'allemand Bayer pour 14,2 milliards de dollars (10,2 milliards d'euros), ont annoncé les deux groupes mardi, ajoutant une nouvelle ligne à la liste déjà longue des fusions et acquisitions lancées dans le secteur depuis le début de l'année.

"Cette acquisition marque une étape majeure de notre progression vers le premier rang du marché attractif des médicaments sans ordonnance", a déclaré le président du directoire de Bayer, Marijn Dekkers, dans un communiqué.

Merck a précisé qu'il devrait retirer de cette vente un produit après impôts compris entre huit et neuf milliards de dollars, ajoutant que l'opération devrait être finalisée au cours du second semestre 2014.

Cette cession, la plus importante dans le secteur pharmaceutique allemand depuis le rachat de Schering par Bayer en 2006, fera de Bayer le numéro deux mondial des produits sans ordonnance, derrière l'américain Johnson & Johnson.

Bayer, l'inventeur de l'aspirine, répète régulièrement que son objectif est de dépasser J&J.

Le britannique Reckitt Benckiser Group, un autre candidat au rachat de la division de Merck, avait annoncé le 30 avril qu'il n'était plus en discussions actives sur ce dossier, laissant ainsi le champ libre à Bayer.

J&J pèse aujourd'hui environ 4% du marché de la santé grand public, évalué à près de 200 milliards de dollars (143 milliards d'euros), devant Bayer et le britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Merck & Co pèse autour de 1% de ce marché avec des produits comme l'antiallergique Clarityne.

Ce marché très fragmenté s'est engagé dans une phase de consolidation accélérée: Novartis et GSK doivent créer une coentreprise dans la santé grand public dans le cadre de l'accord conclu le mois dernier sur des échanges d'actifs d'un montant global de plus de 20 milliards de dollars.

Reuters avait rapporté le mois dernier que Bayer et Reckitt étaient les mieux placés pour reprendre les activités mises en vente par Merck & Co, chacun d'eux offrant environ 13,5 milliards de dollars, un prix susceptible de se rapprocher du seuil de 14 milliards.

Vers 11h00 GMT, l'action Bayer gagnait 0,10% à 100,10 euros à la Bourse de Francfort, alors que l'indice européen regroupant les valeurs pharmaceutiques était pratiquement inchangé.

(Ludwig Burger à Francfort et Esha Dey à Bangalore, Benoit Van Overstraeten et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant