Merci Wissam

le
0
Merci Wissam
Merci Wissam

Il est arrivé comme un anonyme de l'UJA Alfortville, il repart comme une légende. Meilleur buteur de l'histoire du TFC devant l'idole Beto Marcio, Wissam Ben Yedder méritait une déclaration d'amour. Si ce club est encore en Ligue 1, il ne le doit pas seulement au pull de Pascal Dupraz.

Au départ, il y avait eu le sourire et l'ironie qui accompagnent souvent les trouvailles d'Ali Rachedi. Été 2010, l'attaquant vedette de l'équipe de France de futsal débarque au milieu d'un casting de vainqueurs entre un latéral uruguayen rouquin (Adrian Gunino), l'avant-centre des benjamins de l'OL (Yannis Tafer) et un char vendu comme le nouveau Santa Cruz (Fédérico Santander). On se rassurait en disant que c'était une blague pour pas cher au moins, qu'on en rigolerait comme lorsque l'un de nous lance en soirée les noms de Pavel Fort, Ratinho ou Jon Jönsson. Trop petit, trop frêle, cette Ligue 1 n'était pas ta guerre. Pendant deux ans, on t'a vu t'échauffer les mains dans les poches à jeter ce regard triste vers le banc. Un soir, après un entraînement en 2014, on avait eu l'occasion de revenir sur cette période depuis ce bungalow transformé en salle d'interview de fortune. "J'espérais à tout moment entrer sur le terrain, mais je n'entrais presque jamais. J'essayais de voir si le coach Casanova me faisait un signe." Des entraînements sur l'île du Ramier revenaient pourtant l'écho d'un type au-dessus techniquement. "On m'a parlé de me prêter en Ligue 2, mais moi, je me disais que j'étais en L1 et je ne voyais pas pourquoi je serais allé en L2", disais-tu avec cet orgueil de grand timide.

Bravo @WissBenYedder et merci pour tout! #SCOTFC @ToulouseFC pic.twitter.com/C97R7EzHQl

— BRAAA (@ReReRebie) 16 mai 2016
Il t'a fallu deux ans pour appréhender ce monde où tout est plus grand et pas seulement la taille du terrain. Et puis, tu t'es mis à marquer. Beaucoup. Comme une évidence, comme si ces deux premières années n'avaient jamais existé. Casanova avait osé voir du "Messi" en toi. On avait encore un peu souri. Mais quand on te regardait de plus près, on se disait qu'il ne divaguait pas complètement. En janvier dernier, Grégory…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant