Merci pour ce moment...

le
0
Merci pour ce moment...
Merci pour ce moment...

Les Français nous avaient parlé de rébellion, de colère. Ils ont été humiliés, baladés et explosés par des Néo-Zélandais supérieurs dans tous les domaines, et ont concédé au passage leur plus lourde défaite en Coupe du monde (62-13). Même la Namibie avait fait mieux contre les Blacks en phase de poules...

Le debrief

Les compteurs étaient remis à zéro. Plus de bonus offensif, plus de point de bonus défensif, seulement la victoire et le ticket qualificatif pour les demi-finales. On attendait les Français, capables de sortir un gros match contre la meilleure nation du monde actuellement. Rébellion, colère, responsabilisation. Rien. Strictement rien... Un match à sens unique. La Nouvelle-Zélande a récité son rugby, inscrivant neuf essais et imposant tout au long du match son style de jeu. Avec un pack costaud et des individualités à couper le souffle, les All Blacks ont atomisé le XV de France. Des Bleus qui n'auront existé que quelques minutes dans cette partie et qui n'ont même pas eu le temps d'y croire après l'essai de Louis Picamoles.

Car derrière, la marée noire a déferlé sur les Bleus. Les All Blacks ont gommé les erreurs commises lors des matchs de poule et ont réalisé leur meilleur match pour le moment dans cette Coupe du Monde. Avec cette large victoire et un écart de 49 points, les hommes de Steve Hansen ont préparé de la meilleure des façons leur demi-finale contre l’Afrique du Sud. Pour l’équipe de France, la compétition s’arrête là. Et cette défaite va donner un sacré coup au moral des coéquipiers de Thierry Dusautoir. Les Tricolores sortent par la plus petite porte, et encaissent à Cardiff la plus lourde défaite de leur histoire en Coupe du monde. On s'en souviendra de ces quatre années avec Philippe Saint-André. On s'en souviendra...

Le joueur qui a crevé l’écran

Julian Savea a été le joueur de la rencontre. Elu homme du match, auteur d’un triplé et d’un match parfait, il a été intenable ce samedi soir. Il a résisté à la plupart des plaquages et sur son essai juste avant la pause, humiliant Slimani, Nakaitaci et Spedding. Un énorme match pour l’ailier des Wellington Hurricanes qui marque au passage son huitième essai de la competition.

Le tweet qui nous a fait rigoler

La phrase à chaud à retenir

« Il n’y a pas grand-chose à dire. » (Thierry Dusautoir – France, au micro de TF1)

La stat dont on se souviendra

85. Rentré en cours de match, Nicolas Mas devient le pilier le plus capé de l’équipe de France avec 85 sélections. Allez, champagne...

Les joueurs à la loupe

Nouvelle-Zélande
Quel festival. Neuf essais et un rugby léché du début à la fin. La Nouvelle-Zélande a récité son rugby et a logiquement validé son ticket pour les demi-finales. Avec un SAVEA des grands soirs et un triplé, les Blacks ont dégoûté les Bleus. NONU a été intenable même s’il manque un essai tout fait en fin de match. KERR-BARLOW a inscrit un doublé en cinq minutes. Enorme match de la deuxième ligne RETALLICK-WHITELOCK qui a été solide dans tous les rucks. Enfin, le capitaine MCCAW a montré l’exemple et a été un véritable poison en défense en grattant un nombre incalculable de ballons.

France
Quelle déroute française... 49 points d’écart. On ne s’attendait pas à un exploit mais tout de même à un combat et un match serré. Il n’en a rien été. La France a pris une véritable fessée. SPEDDING et surtout PICAMOLES ont surnagé dans une équipe en déroute complète. FOFANA a percé par trois fois la défense des Blacks mais le soutien n’était pas là derrière. La conquête a été encore une fois défaillante et la mêlée chahutée. DUMOULIN a été fantomatique, NAKAITACI a tout raté, et DULIN a été mangé physiquement. Chargé du rôle de buteur après la sortie de MICHALAK, PARRA n'a pas mené à bien sa mission. L’équipe de France va devoir reconstruire et trouver sa nouvelle voix pour pouvoir retrouver un mental et un pack costaud.

La feuille de match

CM2015 (Quart de finale) / NOUVELLE-ZELANDE – FRANCE : 62-13

Millenium Stadium (71 000 spectateurs environ)
Temps froid - Pelouse correcte
Arbitre : M.Owens (GAL)

Essais : Retallick (10eme), Milner-Skudder (23eme), Savea (29eme, 38eme, 60eme), Kaino (50eme), Read (64eme), Kerr-Barlow (67eme, 71eme) pour la Nouvelle-Zélande – Picamoles (35eme) pour la France

Transformations : Carter (11eme, 24eme, 30eme, 60eme, 65eme, 67eme, 71eme) pour la Nouvelle-Zélande – Parra (36eme) pour la France

Pénalités : Carter (6eme) pour la Nouvelle-Zélande – Spedding (9eme), Parra (14eme) pour la France

Drops : Aucun

Cartons jaunes : Picamoles (46eme) pour la France

Cartons rouges : Aucun

Nouvelle-Zélande
B.Smith – Milner-Skudder puis Barrett (40eme), C.Smith puis S.B Williams (51eme), Nonu, Savea – Carter, A.Smith puis Kerr-Barlow (65eme) – Read, McCaw puis Cane (68eme), Kaino puis Vito (65eme) – S.Whitelock, Retallick – O.Franks puis Faumuina (51eme), Coles puis Mealamu (61eme), Crockett puis Moody (28eme)

Sélectionneur : S.Hansen

France
Spedding – Nakaitaci, Dumoulin puis Bastareaud (61eme), Fofana, Dulin – Michalak puis Talès (11eme), Parra puis Kockott (67eme) – Picamoles puis Chouly (72eme), Le Roux, Dusautoir – Maestri, Papé puis Nyanga (47eme) – Slimani puis Mas (61eme), Guirado puis Szarzewski (56eme), Ben Arous puis Debaty (61eme)

Sélectionneur : C.Gourcuff

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant