Mercedes : un concert en plein air

le
0
Quand les portes papillons s'envolent, la symphonie du V8 AMG se fait plus présente, pour le plus grand plaisir des mélomanes amateurs de sportives d'exception.

(Envoyé spécial à Monaco)


Quand l'irrésistible SLS AMG enlève le haut, il perd son âme en même temps que ses portes papillons. Mais, à quelque chose malheur est bon, le coupé mué en roadster délivre davantage de sensations. Coupé ou roadster, le SLS est taillé pour les grands espaces. Témoin, la cavalerie présente sous son capot: 571 purs-sangs, bien drivés par une boîte double embrayage à 7 rapports. Avec des roues avant plus petites que ses roues arrière, le SLS roadster arbore en outre une attitude piqueuse qui ne laisse planer aucun doute sur ses intentions. Et ceux qui auront le cran de le provoquer verront qu'il tient toutes ses promesses. Ses accélérations sont fulgurantes, les 200 km/h sont atteints en seulement 11,3 s, dans un bruit de tonnerre digne d'un V8 de course. Le SLS roadster est un avion sans ailes, un avion de chasse. Confirmation dans l'habitacle avec un poste de conduite étroit façon cockpit, des aérateurs en forme de tuyère et un levier

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant