Mercedes SLK, entre passion et raison

le
0
Voici la troisième génération du petit roadster à toit rigide escamotable. Le style s'affirme, la consommation baisse.

En 1996, il relançait le concept du toit rigide escamotable. En 2004, il inaugurait l'Airscarf, un système pulsant de l'air chaud dans la nuque des passagers, via les appuie-tête. Que nous réservait la troisième génération de roadsters Mercedes SLK ? Un toit escamotable en verre Magic Sky Control qui s'éclaircit ou s'assombrit, d'une simple pression sur un interrupteur. Ce raffinement technologique, qui sera proposé en option à 2 400 ¤, était jusqu'ici réservé à la somptueuse limousine Maybach. Mais le SLK, troisième du nom, se distingue aussi par une évolution de style qui virilise sa silhouette. Les designers lui ont greffé un nouveau visage qui n'est pas sans évoquer le légendaire SL 190 de 1950, tout en présentant une ressemblance certaine avec le spectaculaire coupé SLS AMG à portes papillon.

Le capot moteur allongé, désormais confectionné en aluminium, abrite trois nouveaux moteurs à injection directe. Il s'agit de deux quatre cylindres 1,8 lit

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant