Mercedes ose le grand écart avec la S 250 CDI 

le
0
Un 4-cylindres Diesel dans un haut de gamme ? Iconoclaste mais pas absurde.


Prenez une luxueuse grande berline et déposez sous son capot un plébéien 4-cylindres, Diesel de surcroît. La démarche a-t-elle un sens? Sans doute, si on se place du point de vue de l'entreprise. Les lourdes taxes sur la pollution et les coûteuses motorisations n'ont pas de raison d'être quand il s'agit de mener un client à l'aéroport. Pour les comptables, le plumage alors suffit. Ce qui vaut pour une entreprise peut intéresser aussi le particulier.

Ce petit diesel est-il pour autant digne des motorisations plus prestigieuses auxquelles Mercedes nous a habitués? Cette mécanique n'est pas pour nous une inconnue. Nous ­l'avions déjà testée sur le break ­Classe E. Elle est également disponible sur la plus pe­tite Classe C. Ce bon à tout faire de la marque à l'Étoile possède une énorme qualité: son couple phénoménal. Il est de 500 Nm, disponible entre 1600 et 1800 tr/min. Des valeurs suffisantes pour animer cette grande carrosserie, à condition, ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant