Mercedes Classe M, une certaine hauteur de vue 

le
0
Premier essai du troisième opus du SUV phare de la firme à l'étoile. Soutenu par une foule de raffinements, ce véhicule n'a jamais été aussi proche d'une grande routière de luxe.

(Envoyé spécial à Missoula, Montana)

Faut-il y voir un signe, l'année de son 125ème anniversaire, Mercedes revoit de fond en comble l'un de ses best-sellers, qui peut se targuer, à l'image de la Classe A et de la CLS, d'avoir fait école. Produit à déjà plus de 1,2 million d'unités, le Classe M, premier arrivé sur ce marché du SUV, jusque là dévolu à la monoculture du Range Rover, revient donc défendre son trône avec de nouvelles formes, un appétit à la baisse et des prestations dynamiques dignes de grandes routières de luxe.


Vue la notoriété du modèle, les designers n'ont pris aucun risque. Aussi, ce nouveau Classe M, ne surtout plus l'appeler ML, s'inscrit dans les pas de son prédécesseur. Allongée de 23 mm, élargie de 15 mm et abaissée de 19 mm, la silhouette en diffère toutefois par des lignes tendues, voire sportives, mais surchargées de chrome. De même, les feux arrière horizontaux débordant en pointe sur les ailes lui assurent une meil

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant