Merah : les familles de victimes de plus en plus impatientes

le
0
Reçues mercredi par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, elles veulent savoir de quelles complicités Merah a bénéficié .

L'interpellation de deux hommes à Toulouse, mardi, a redonné de l'espoir aux familles des quatre militaires victimes de Mohamed Merah. Reçues mercredi soir par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, elles attendaient des précisions sur le rôle de ces deux hommes, pouvant éclairer les complicités encore très troubles dont aurait bénéficié le «tueur au scooter». Ce que n'a pas permis, pour l'heure, la déclassification de nouvelles notes de la DGSE et de la DCRI, demandées fin octobre 2012 par les juges d'instruction.

«Malheureusement, elles n'ont rien appris de plus, déplore Me Béatrice Dubreuil, avocate de la famille d'Abel Chennouf, militaire tué à Montauban. Je crois qu'on est allé au bout de leur exploitation. La première déclassification, comme la deuxième, a révélé des notes caviardées, notamment en ce qui concerne le...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant