Mer de Chine : la Cour d'arbitrage de La Haye donne raison aux Philippines

le
0
Mer de Chine : la Cour d'arbitrage de La Haye donne raison aux Philippines
Mer de Chine : la Cour d'arbitrage de La Haye donne raison aux Philippines

La Chine a été sévèrement désavouée mardi par une cour internationale à La Haye (Pays-Bas) qui a donné raison aux Philippines en statuant que les revendications de Pékin en mer de Chine méridionale n'ont «aucun fondement juridique». Une décision qui pourrait exacerber les tensions déjà vives dans la région.

 

La Cour permanente d'arbitrage (CPA) a également conclu que la Chine avait «violé les droits souverains des Philippines», que des navires chinois avaient commis des «actes illicites» et que certaines zones revendiquées par Pékin étaient «comprises» dans les eaux territoriales philippines.

 

La Chine, qui a boycotté les audiences, «n'accepte, ni ne reconnaît» l'arbitrage de la CPA, «nul et non avenu», a réagi le ministère chinois des Affaires étrangères, rejetant «tout règlement du litige par une partie tierce ou toute solution imposée.» Pékin martèle depuis des mois que cette cour n'a pas compétence dans cette affaire, érigée en véritable «cause nationale» via son puissant appareil de propagande.

Affiche de propagande militaire dans les rues de Shanghai. AFP/ Johannes Eisele

 

De son côté, Manille, qui avait proposé de partager les ressources avec les Chinois, a «salué» la décision des cinq arbitres, tout en appelant à la retenue, tandis que des manifestants se rassemblaient devant l'ambassade de Chine, scandant «China out !» (La Chine dehors !) et brandissant des panneaux en faveur d'un «Chexit» ou d'une «sortie de Pékin des eaux philippines».

La Chine estime que la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, un carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial, relève de sa souveraineté, au grand dam d'autres pays riverains : Philippines, Vietnam, Malaisie, et Brunei.

 

La diplomatie chinoise a toutefois répété, dans un communiqué distinct, que Pékin était prêt à des «arrangements provisoires» avec les Etats ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant