Mention «fait maison» : un décret détaille les produits concernés

le
3
Mention «fait maison» : un décret détaille les produits concernés
Mention «fait maison» : un décret détaille les produits concernés

Le décret relatif à la mention «fait maison», qui entre en vigueur mardi, a été publié ce dimanche au journal officiel. Selon la secrétaire d'État au Commerce et à la Consommation, Carole Delga, « le but de ce décret est la reconnaissance de l'acte de cuisiner, reconnaître un savoir-faire par rapport à une cuisine d'assemblage, en donnant au consommateur une information simple et fiable».

Ce décret répond notamment aux interrogations des professionnels de la restauration en définissant ce qu'est exactement un «produit brut». Selon le texte, «un produit brut (...) est un produit alimentaire n'ayant subi aucune modification importante y compris par chauffage, marinage, assemblage ou une combinaison de ces procédés».

Parallèlement, la secrétaire d'Etat annonce qu'«un groupe de travail sera mis en place à la rentrée sur la reconnaissance du métier de cuisinier». Cela fait suite aux demandes des professionnels du secteur qui souhaitent que le métier de cuisinier soit classé au répertoire des métiers, à l'instar de celui de boulanger, afin d'obtenir le titre d'artisan-cuisinier.

Produits épluchés, fumés, surgelés...

Le décret stipule que «peuvent entrer dans la composition d'un plat fait maison, les produits qui ont été réceptionnés par le professionnel épluchés, - à l'exception des pommes de terre -, pelés, tranchés, coupés, découpés, hachés, nettoyés, désossés, dépouillés, décortiqués, taillés, moulus ou broyés»; mais aussi les produits «fumés, salés, réfrigérés, congelés, surgelés», ou encore «conditionnés sous vide».

«Les frites surgelées par exemple ne pourront pas entrer dans ce décret, précise Carole Delga. Cela signifie que celles des fast-food (surgelées, ndlr), ne pourront pas être considérées comme des frites faites maison, tout comme leurs sauces qui arrivent toutes prêtes ne seront pas considérées comme faits maison».

... salaisons, fromages, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le dimanche 13 juil 2014 à 17:54

    Il est clair que la "préparation maison" augmente le risque sanitaire. Et comme ce sont des établissements moins contrôlés que les fast-food le taux (s'il existe) d'intoxication alimentaire doit être largement supérieur.

  • frk987 le dimanche 13 juil 2014 à 17:48

    Vous risquez des poursuites pénales pour diffamation.......récemment une brave dame s'était permis de dire que dans un resto donné c'était de la m... et la justice a condamnée cette brave dame. La liberté d'expression devient difficile avec la stasi et le syndicat de la magistrature. Vous auriez du dire : j'ai eu une intoxication dans un resto tout prés du théâtre du palais Royal.......

  • M3182284 le dimanche 13 juil 2014 à 17:14

    comme au restaurant du Theatre du Palais royal nouvellement ouvert où j'ai été intoxiqué récemment: tout est fait maison, c'est écrit. Dommage qu'ils ne soient pas contrôlés comme un Mcdo