Mendes ou Nuno, qui a été viré de Valence ?

le
0
Mendes ou Nuno, qui a été viré de Valence ?
Mendes ou Nuno, qui a été viré de Valence ?

Écarté du banc de Mestalla suite à une énième purge, Nuno Espirito Santo ne devrait pas retrouver Valence et ses plages avant un certain temps. Une satisfaction pour l'aficion ché qui espère un autre départ : celui de Jorge Mendes, coupable d'avoir fait main basse sur le jouet de Peter Lim.

Trente-huit journées durant, FC Séville et Valence CF se tirent la bourre. Une lutte à distance qui se conclut, lors du dernier opus de la saison, par un succès homérique des Chés sur la pelouse d'Almería. Victorieux sur la plus petite des marges, ils confirment leur quatrième strapontin en Liga, synonyme de qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des champions. Le fanion naranja semble alors ressuscité, tant sportivement que financièrement. Peter Lim, et ses millions, et Nuno Espirito Santo, et ses méthodes, deviennent même les messies de Mestalla. Quelques mois plus tard, pour des retrouvailles avec le concurrent sevillista, les mouches changent d'âne. Une nouvelle purge au Sánchez-Pizjuán, symbolisée par un zéro pointé dans la case des tirs, coûte sa place à l'entraîneur portugais. Destitué par le patron de Singapour, la direction emmenée par Layhoon Chan tarde à lui trouver un successeur : "Je suis assez agacé de ne parler que de Jorge Mendes. Si Jorge Mendes contrôlait le club, Nuno serait encore là. Je ne crois pas que le prochain entraîneur va avoir une relation avec Mendes." Quelques jours plus tard, la nomination de Gary Neville en témoigne.

Une direction perdue dans sa maison


Les prémices de la gronde populaire à l'encontre de Nuno remonte à l'été dernier. Fort d'une première saison canon avec les Chés, il voit son rayon d'action grandir. Un statut, entre l'entraîneur lambda et le manager à l'anglaise, qui fait grincer des dents dans les offices de Mestalla. Si bien qu'après quelques jours de mercato, le divorce se consomme définitivement avec Rufete, directeur sportif, et Ayala, son bras droit. En cause, le oui de l'ancien de Rio Ave concernant le transfert d'Imbula qui se transforme, une semaine plus tard, en non sous la pression de son mentor Mendes. Une brouille qui pousse les deux historiques à quitter leur club de cœur, en compagnie d'Amadeo Salvo, président adoré par l'aficion, dès début juillet. Autant de départs qui permettent à l'entraîneur portugais de voir ses pouvoirs élargis. "Il ne peut pas être à trois postes à la fois, s'énerve alors Mario Kempes, ambassadeur à l'international de Valence, sur les ondes de Play Valencia Radio. Je n'aime pas voir Salvo, Rufete et Ayala en dehors du club. Nuno a été bon la saison…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant