Ménages : de nouvelles taxes en préparation

le
26
Plusieurs pistes de hausses d'impôts doivent être tranchées dans les prochaines semaines par le ­gouvernement.
Hausse de la TVA dès 2014

A compter du 1er janvier 2014, les taux de TVA en France seront fixés à 5 %, 10 % et 20 %, pour le taux normal. Le relèvement de ces deux derniers taux permettra à l'État de récupérer près de 6,4 milliards, soit un tiers des besoins du Crédit d'impôt compétitivité emploi. Si la hausse est une quasi-certitude, leur niveau précis pourrait être modifié à la marge. Plusieurs députés de la majorité réclament un taux normal à 20,5 %.

2,2 milliards de cotisations familiales en plus

Redresser la branche famille, dont le déficit avoisine les 2 milliards, est une priorité du gouvernement. Pour y parvenir, il devrait s'inspirer d'une partie des recommandations du rapport du Haut Conseil à la famille présidé par Bertrand Fragonard. Celle qui tient la corde consiste en une dégressivité des allocations perçues en fonction du niveau des revenus. Le plafond du quotient familial pourrait également être réduit et la prime de naissance, de 903 euros, significativement réduite.

Hausse des cotisations retraite

Les partenaires sociaux sont tombés d'accord, mi-mars, sur une série de mesure destinées à combler partiellement les déficits des caisses de retraite complémentaire. L'une d'entre elles touche directement les cadres: leur taux de cotisation augmentera de 0,1 point en 2014 puis en 2015, soit une ponction de 1,1 milliard d'euros de cotisations en plus (dont 60 % à la charge de l'employeur à horizon 2017). De quoi inspirer, peut-être, l'inévitable réforme du régime général des retraites qui se profile d'ici les prochains mois.

3,6 milliards d'euros de taxes écologiques

La fiscalité verte servira à financer 3,6 milliards d'euros (à plein ­régime en 2016) sur les 20 qui ­servent à financer le Crédit impôt compétitivité emploi (Cice). ­Longtemps, l'exécutif a envisagé un alourdissement de la taxation du diesel. Dans un rapport publié début mars, la Cour des comptes estime à près de 7 milliards d'euros les pertes de recettes fiscales liées aux exonérations dont bénéficient les véhicules diesels. Une manne potentielle pour l'État mais un double risque pour le gouvernement: politique, car les carburants sont un sujet sensible pour les électeurs ; économique, car PSA et Renault, tous deux en difficulté économique, ont misé sur le diesel. D'autres mesures alternatives sont donc envisagées: un élargissement du bonus-malus à d'autres critères de pollution que le seul CO2.La défiscalisation des agrocarburants est aussi évoquée ou encore une contribution du secteur aérien (lui aussi en crise).

La taxe à 75 % rapportera 500 millions d'euros

La taxe à 75 % «nouvelle mou­ture», annoncée par François ­Hollande lors de son intervention du 28 mars et qui sera prélevée ­directement par les entreprises au niveau des salaires supérieurs à 1 million d'euros, touchera moins de personnes (1000 au lieu de 1500) mais rapportera davantage à l'État: 500 millions contre 210 pour la première version. La raison? La contribution supplémentaire sera égale à 50 % des montants en question versés en 2013 et en 2014. En effet, c'est la somme de ce nouvel impôt et des 25 % de prélèvements déjà existants (cotisations sociales patronales, taxes sur la masse salariale du type versement transport) qui, en cumulé, ­portera le niveau de taxation à 75 %. Un prélèvement au ­niveau des revenus aurait abouti, pour les plus élevés, à une surtaxe de 18 % seulement. D'où la plus-value qu'en tirera l'État.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • TL70190 le lundi 29 avr 2013 à 11:13

    Faudrait déja diminuer de 50 % les retraites des élus qui sont les responsables de la situation .

  • fquiroga le jeudi 25 avr 2013 à 09:37

    Manque d'imagination...Trop d'impôt, tue... et pas que l'impôt, le pays entier va y passer... Sauf les élus, bien entendu....

  • chnivet le mercredi 24 avr 2013 à 08:46

    N'ayez pas peur , vous allez les perdre vos économies . C'est toute la différence entre le discours , "tout va bien , la France est riche , on va taxer les riches " et la méthode "on taxe tout le monde , par des mesures techniques invisibles au citoyen moyen et on protège voire augmente la fonction publique " . Ce que nous reprochent nos voisins européens .

  • 14rc259 le mardi 23 avr 2013 à 19:44

    Ce gouvernement commence vraiment à me faire peur. J'ai peur de perdre mes économies qui doivent normalement me servir pour ma retraite, j'ai peur de la perte de mon pouvoir d'achat immédiat, j'ai peur de l'avenir de la France avec ces bons à rien et mauvais en tout qui nous gouvernent. Vivement 2017 que nous foutions tout ce beau monde à la porte.

  • OSS119 le mardi 23 avr 2013 à 00:35

    Et jamais de baisses de dépenses

  • M3366730 le jeudi 18 avr 2013 à 13:03

    Hausse des cotisations retraite pour le privé et pour les complémentaires car le secteur public s'auto-finance par les impôts (47 milliards provisionné en 2012 et 53 milliards en 2013 selon la loi de finance 2012/2013, site assemblée nationale) que d'égalité.....http://www.contribuables.org/2012/10/24/alignons-les-retraites-du-public-sur-celles-du-prive/

  • pichou59 le mardi 16 avr 2013 à 15:29

    voleurs - taper sur les oeuvres d'art, qui sont absentes des déclarations de patrimoine....CURIEUX......

  • rleonard le mardi 16 avr 2013 à 14:26

    pour eux, faire des economies, c'est taxer moins qu'on pourrait le faire. Messieurs, envisagez de doubler la taxe sur les carburants et n'appliquez que 25% et vous aurez fait des economies !!!

  • SaasFee le mardi 16 avr 2013 à 12:57

    C'est pas mal du tout, ce programme. C'est ce que les socialistes appellent faire des économies. Beaucoup d'économies pour l'état en perspectives, pour 2013, 2014 et 2015 !!! Définition d'une économie selon le PS : c'est la non renonciation de l'état à prélever plus d'impôts.

  • sidelcr le mardi 16 avr 2013 à 12:07

    Faudrait déja diminuer de 50 % les retraites des élus qui sont les responsables de la situation .