Menaces et agressions : les violences contre les médecins en hausse

le
0
Menaces et agressions : les violences contre les médecins en hausse
Menaces et agressions : les violences contre les médecins en hausse

Le chiffre est en hausse de 16% par rapport à 2012 : le Conseil national de l'Ordre des médecins a annoncé mardi avoir recensé 925 déclarations d'incidents - agressions physiques ou verbales -- signalées par les praticiens en 2013.

Cette étude, réalisée avec l'institut Ipsos, est basée sur le recensement des déclarations adressées par les médecins mais leur caractère facultatif ne permet pas de calculer précisément l'évolution du nombre total d'incidents.

Sur les 199 420 médecins en activité régulière, seules 925 fiches de déclarations d'incidents ont été remplies en 2013, un nombre toutefois à la hausse par rapport à 2012 (798 fiches remplies). La majorité des atteintes aux personnes correspondent à des agressions verbales ou des menaces (69%) et 11% à des agressions physiques avec coups et blessures, selon les chiffres de l'observatoire pour la sécurité des médecins du CNOM.

Ophtlamologues et psychiatres en première ligne

Dans neuf cas sur dix, la victime de l'incident est le médecin lui-même et dans 20% des cas un collaborateur (plusieurs réponses sont possibles à cette question). Dans la moitié des cas, le patient est l'agresseur. Les généralistes sont en première ligne (58%), et parmi les spécialistes, les ophtalmologues sont les plus touchés, devant les psychiatres.

Les atteintes aux biens représentent près d'un tiers des incidents signalés : dans près d'un incident sur cinq, il s'agit d'un vol ou une tentative de vol, et dans un cas sur dix de vandalisme. Dans 8% des cas, l'agression a entraîné une interruption de travail inférieure ou égale à trois jours.

Baisse des incidents dans les banlieues

Le mécontentement de la prise en charge est à l'origine de l'incident dans un tiers des cas. Le vol, le refus de prescription de médicament ou d'arrêt de travail, et un temps d'attente jugé excessif sont les trois autres motifs les plus cités.

Ces agressions sont essentiellement le fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant