Menacées par un parasite, les châtaignes s'éteignent

le
0
Menacées par un parasite, les châtaignes s'éteignent
Menacées par un parasite, les châtaignes s'éteignent

Sur les étals, c'est frappant. « On voit de moins en moins de châtaignes », assure Pierre, qui en raffole. Les producteurs de ce fruit, actuellement en pleine récolte, sont, eux, carrément inquiets. Objet de leur malaise : un parasite dont le nom est encore peu connu, le Cynips. Cet insecte est en train de décimer la châtaigneraie française.

« Il est présent depuis 2010 chez nous, et pour l'instant les pertes sont marginales », tente de rassurer Eric Bertoncello, animateur de la filière végétale à la chambre d'agriculture de l'Ardèche. Pour son département, récoltant entre 4000 et 5000 t par an, soit la moitié de la production hexagonale, cela reste encore un moindre mal.

Gastronomie locale en péril

En Corse, le Cynips est à son aise. « Vingt-quatre de nos producteurs sont touchés sur 82, avec des pertes de 70 à 100% », soupire Carine Franchi, animatrice du groupement régional de producteurs et transformateurs de châtaignes et marrons de Corse. L'Ile de Beauté est la région la plus contaminée, alors qu'une grande partie de la gastronomie locale repose sur la châtaigne : farine, miel, charcuterie?

Jacques Giovannetti, producteur basé à San Gavino d'Ampugnani, petit village de Haute-Corse niché en Castagniccia (littéralement, « châtaigneraie »), se désespère. Lui qui récoltait entre 18 et 20 t de châtaignes chaque année n'en a ramassé que 13 en 2012. « Comme beaucoup de collègues, je pensais que c'était juste une mauvaise année, se lamente-t-il. Mais là, je ne vais même pas atteindre les 6 t! » Il ne compte même plus sur une récolte en 2014. « Il va y avoir pénurie, insiste le castanéiculteur. J'ai vu le prix du kilo de châtaigne à 9,90 ? dans un magasin. Il n'y a pas si longtemps, quand il était à 4 ?, on trouvait ça déjà cher. »

Et puis, cela commence à se voir. « Le châtaignier est un arbre d'ombre, explique Carine Franchi. Mais là, c'est très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant