Menacé d'exclusion, Gilles Bourdouleix qualifie l'UDI de «parti stalinien»

le
4
Menacé d'exclusion, Gilles Bourdouleix qualifie l'UDI de «parti stalinien»
Menacé d'exclusion, Gilles Bourdouleix qualifie l'UDI de «parti stalinien»

Cloué au pilori par toute la classe politique après ses propos sur Hitler et les gens du voyage, Gilles Bourdouleix se défend. Sur la polémique en elle-même, le député-maire de Cholet (Maine-et-Loire) continue d'affirmer que ses propos ont été déformés et sortis de leur contexte par le quotidien «Le Courrier de l'Ouest». Mais le journal a fait savoir ce mardi qu'il avait porté plainte contre l'élu pour diffamation et dénonciation calomnieuse. «On ne veut pas entrer dans une polémique, mais on défend notre métier et la façon dont on l'a toujours fait» a expliqué Bruno Geoffroy, le rédacteur en chef.

Sur le plan politique, l'élu, menacé d'exclusion par l'UDI, a répondu par l'offensive ce mardi : en cas d'éviction, le CNIP, un parti libéral-conservateur qu'il préside au sein de la formation centriste de Jean-Louis Borloo, quittera cette dernière «avec armes et bagages», a-t-il prévenu.

«Je ne savais pas que l'UDI fonctionnait comme un parti stalinien»

«Tous les présidents de fédération m'ont d'ores et déjà apporté leur soutien le plus total et, dans ces conditions (en cas d'exclusion, ndlr), le CNIP quittera avec armes et bagages l'UDI en emportant beaucoup d'adhérents», a expliqué Gilles Bourdouleix, président du Centre national des indépendants et paysans (CNIP). Interrogé sur la situation du CNIP au sein de la formation centriste qu'il a cofondée et qui regroupe huit partis politiques, Gilles Bourdouleix a dénoncé les comportements à son égard de certaines personnalités de l'UDI, citant les députés Jean-Christophe Lagarde et Yves Jégo qui ont tous deux réclamé son exclusion.

«Depuis des mois, certaines personnes à l'UDI font en sorte que le CNIP soit mis plus bas que terre puisqu'à chaque fois que l'on est trop fort dans une fédération, on suspend nos adhérents. L'objectif, c'est de chasser tous ceux qui ne correspondent pas à leur vision des choses. Je ne pensais pas que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2895393 le mardi 23 juil 2013 à 18:55

    Les paroles de Mr Bourdouleix ne sont pas brillants pour un homme politique , mais excusable parfois dans la colère, mais a quoi cela sert d amplifier l affaire, nul n en sort grandi, entré la banalisation et la honte nationale, surtout que les individus ne sont pas des tendres, n y a t il pas une voie médiane qui permettrait de mieux se connaître, appelez à la honte public monsieur le ministre de l intérieur ´ ne fait qu accentuer la haine et ne résout pas le problème

  • NYORKER le mardi 23 juil 2013 à 18:21

    Et que dire de tous ces maires qui démissionnent face à l'inaction du gouvernement devant l'invasion des caravanes ? qui ne fait pas respecter la loi ?

  • NYORKER le mardi 23 juil 2013 à 18:20

    Il a le droit de péter un plomb le maire , non ? y'en a marre de voir toujours ces caravanes venir s'installer où bon leurs semblent au mépris de la loi et du respect de la proprièté privée !!! Quant à Borloo, on sait pourquoi il avait dégringolé du budget...je ne dis pas qu'il avait bu !!!

  • o.julie2 le mardi 23 juil 2013 à 16:13

    L'UDI ne représente rien de créatif pour la France et Monsieur Jégo encore moins. Ces gens la ne représentent que leur propre personnes et leurs intérêts sans aucune ambition de rénover le pays. Si tel était le cas ils recommenceraient une meilleure représentativité de l'ensemble de la population française aux assemblés