Même ouverte, cette fenêtre arrête le bruit

le
0

Développée par le fabricant français Technal, cette nouvelle génération de fenêtre devrait être commercialisée en 2017. À la manière des casques audio, elle atténue le bruit en émettant une onde inverse.

L’isolation phonique des fenêtres est une belle invention pour protéger les habitations situées dans des environnements bruyants. Mais que se passe-t-il lorsque l’on souhaite aérer son logement? C’est pour répondre à ce souhait légitime des consommateurs que le spécialiste français de la menuiserie aluminium a mis au point une fenêtre dotée d’une «acoustique active». Développée en partenariat avec la société Gamba acoustique et le laboratoire de mécanique et d’acoustique du CNRS, cette innovation a été remarquée au Mondial du bâtiment où elle a décroché une médaille d’argent.

«Avec ce produit, nous visons tous les logements situés à proximité d’un environnement sonore: les appartements de centre-ville, ceux qui se trouvent à proximité de commerces ou de rocades, etc., souligne Patrick Lahbib, directeur innovation chez Technal. Notre prototype est en phase avancée, parfaitement opérationnel et pour la commercialisation nous visons 2017.»

Cette fameuse fenêtre, ou plutôt le rail qui recevra le vitrage combine des technologies active et passive. Côté passif, la fenêtre dispose d’un isolant acoustique (laine minérale d’une épaisseur de 6 à 20 cm sur une profondeur de 25 cm environ) placé sur les montants extérieurs du cadre. Une manière classique de piéger et atténuer le bruit. L’aspect actif est plus high tech et fonctionne rigoureusement comme les casques audio anti-bruit. Le rail de la fenêtre est équipé de micros et dès que l’on ouvre la fenêtre, un processeur analyse les bruits avant de générer une onde inverse atténuant les nuisances sonores.

Atténuation du bruit de 25 décibels

«Nos tests ont été réalisés avec une ouverture de la fenêtre de 10 cm, explique Patrick Lahbib. C’est une valeur permettant une bonne aération tout en respectant les normes de sécurité anti-défenestration. Dans ces conditions, le matériel permet une réduction du bruit de 25 décibels sur toute la gamme de fréquence.» En gros, cela correspond au passage d’un niveau sonore de rue animée à celui d’un bureau calme.

Evidemment pour bénéficier de cette avancée, il faudra mettre la main au porte-monnaie. Du côté de Technal, on table sur un coût de 600 à 800 euros par fenêtre venant s’ajouter au vitrage lui-même. D’ailleurs, rien n’empêchera à priori de panacher cette technique avec un vitrage provenant d’un autre fabricant. Reste encore à trancher les questions d’alimentation de ce système. L’idéal serait de le raccorder à l’alimentation électrique mais cela risquerait de rendre l’installation compliquée pour de la rénovation. Dans la mesure où le produit consomme peu, une alimentation externe voire photovoltaïque pourrait être envisagée.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant