Même en robe, les hommes peuvent être sexistes

le
0
Même en robe, les hommes peuvent être sexistes
Même en robe, les hommes peuvent être sexistes

Tenues à l'écart de décisions importantes, propos paternalistes, voire injurieux : le sexisme ordinaire dans le milieu professionnel est, d'après les chiffres du ministère des Droits des femmes, aussi répandu qu'une épidémie de grippe en hiver. Au travail, pas moins de 80 % des femmes y sont confrontées mais certaines, dans leurs branches professionnelles respectives, ont décidé de le dénoncer sur le site de microblogging Tumblr*.

 

Dernier exemple en date : le milieu des avocat(e)s s'est librement inspiré d'une initiative datant de 2012 recueillant des témoignages de victimes de harcèlement de rue, le désormais connu « Paye ta Shneck » (expression que l'on peut traduire pudiquement par « Couche avec moi »), devenu sous la plume des femmes de loi, « Paye ta robe ».

 

Du confrère au bâtonnier

 

Laura, du barreau de Paris, dit qu'elle pourrait alimenter à elle seule ces pages avec ses histoires. « Cela va d'un associé qui te dit qu'il va s'occuper de l'affaire parce qu' un homme, ça fait plus sérieux, au confrère qui te demande si tu vas faire les yeux doux au procureur. »

 

« Paye ta robe » tord le cou à une idée reçue : ces remarques seraient l'apanage « des jeunes malpolis des quartiers ». Un témoignage parmi d'autres : en cours de déontologie, à l'école du barreau, le bâtonnier explique aux élèves qu'« une plaidoirie, c'est comme la robe d'une femme. Elle doit être assez longue pour couvrir le sujet, mais assez courte pour susciter l'intérêt. »

 

Quelques jours avant le lancement de ce Tumblr, un autre blog faisant la lumière sur le sexisme en politique voyait le jour grâce aux témoignages de femmes travaillant à l'Assemblée nationale, au Sénat, dans des ministères ou encore les collectivités territoriales. Son nom ? « Chair collaboratrice ». « Nous sommes dans l'ombre et nous tenons à le rester, expliquent-elles. A la suite de l'affaire Baupin, nous avons ressenti que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant