Mélissandre, boulimique et raillée sur le Web

le , mis à jour à 06:25
0
Mélissandre, boulimique et raillée sur le Web
Mélissandre, boulimique et raillée sur le Web

En racontant son histoire à la télévision, Mélissandre était loin de s'imaginer devenir la risée du Web. Agée de 10 ans en 2012, au moment du tournage de l'émission « Tellement vrai », rediffusée depuis à de multiples reprises sur la chaîne NRJ 12, la jeune fille du Lot-et-Garonne y dévoilait son addiction à la nourriture. Plus que son obésité — 83 kg pour 1,48 m — c'est sa filouterie et ses tentatives pour déjouer la surveillance de sa mère qui ont déclenché une flambée de réactions négatives.

 

Dans l'émission, on la voit notamment se lever la nuit pour aller ouvrir un paquet de chips dans la cuisine familiale. Prise sur le fait par sa mère Nadège, elle-même ancienne obèse ayant perdu 70 kg après avoir subi une opération chirurgicale de l'estomac, Mélissandre nie l'évidence. Jusqu'à dévoiler à sa mère désemparée (« tu es grosse Mélissandre ! ») que sa boulimie la pousse à avaler parfois des bouts de papier et de plastique pour assouvir son appétit.

 

La détresse de la jeune fille n'a pas empêché les sarcasmes et moqueries qui ont fleuri sur les réseaux sociaux après la diffusion de l'émission. Son prénom est même devenu, sur certains forums de discussions entre ados, synonyme de « grosse », et Mélissandre, entre deux commentaires acerbes et injuriant sur sa plastique, se retrouve malgré elle l'héroïne de vidéos et d'images détournées et l'incarnation d'un problème qui touche de plus en plus d'adolescents.

 

En mars dernier, une tante de Mélissandre va même jusqu'à créer une page Facebook en soutien à sa nièce. « Elle est la cible préférée de beaucoup d'imbéciles, peut-on lire sur la page. La boulimie peut toucher tout le monde à n'importe quel moment. Elle se bat tous les jours, son combat paye, elle a déjà perdu plus de 20 kg. » Si des messages de soutien et d'encouragement sont alors apparus, les railleries n'ont, elles, toujours pas complètement déserté les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant