Mélenchon pourrait regretter l'absence de DSK

le
0
Inquiet d'un éventuel 21 avril bis, le PCF envisage de soutenir le PS dès le premier tour.

C'était en janvier dernier, une déclaration de Jean-Luc Mélenchon: «DSK incarne tout ce qui a conduit la gauche à sa perte.» Pendant des mois, le président du Parti de gauche (PG) et probable candidat du Front de gauche à la présidentielle n'a cessé de taper sur patron du FMI, jusqu'à assimiler sa politique à celle de Nicolas Sarkozy. Désormais, Mélenchon a perdu son meilleur ennemi. Il n'est pas certain que ce soit bon pour lui.

Si Martine Aubry, ou même François Hollande, émerge des primaires socialistes, Jean-Luc Mélenchon, soucieux de séduire l'électorat du NPA orphelin d'Olivier Besancenot, aura plus de mal à le convaincre qu'il restera ferme face au PS. Et avec la chute du champion des sondages à gauche, certains militants pourraient vouloir voter utile dès le premier tour.

«Nous avons de vraies divergences avec la direction du PS, pas seulement avec DSK», tient à souligner Éric Coquerel, secrétaire national du PG. Outre le fond: traité de Lisbonne, par

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant