Mélenchon : «Le feu et la fureur de la polémique»

le
1
Jean-Luc Mélenchon revendique une statégie de communication «crue et drue», une «obligation quand la situation économique elle-même se radicalise».

«Ma manière de parler les dérange, parce que j'appelle un chat un chat et qu'un de mes camarades appelle un salopard un salopard...» Ceux que les propos de Jean-Luc Mélenchon dérangent, ce sont les socialistes. Et le «salopard» visé, c'est le ministre Pierre Moscovici pour son comportement dans la crise chypriote.

Jean-Luc Mélenchon, l'admirateur d'Hugo Chavez qui, selon lui, «a fait progresser d'une manière considérable la démocratie», avait rarement entonné son refrain antisystème avec autant de virulence. Pendant sa campagne, le candidat du Front de gauche à l'Élysée se définissait comme «le bruit et la fureur», mais avait mis un léger bémol. Il se reposait d'une campagne éreintante. Il laissait aussi la main aux communistes, ses alliés de la gauche radicale, soucieux de préserver, au moins localement,...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 24 mar 2013 à 22:59

    Vas-y Jean-Luc ! Casse les tous tes anciens copains. Avec des amis comme toi, on n'a pas besoin d'ennemis !