Mélenchon : « L'union de l'opposition de gauche va s'accélérer »

le
1
Mélenchon : « L'union de l'opposition de gauche va s'accélérer »
Mélenchon : « L'union de l'opposition de gauche va s'accélérer »

Aujourd'hui, Jean-Luc Mélenchon ouvre le Remue-méninges, l'université d'été du Parti de gauche, à Toulouse (Haute-Garonne). Crise chez les écolos, frondeurs, Europe... L'eurodéputé, qui en juillet a annoncé son intention de se présenter en 2017, nous livre sa stratégie pour les mois à venir, des régionales... à la présidentielle.

La « mélenchonisation » des Verts et la crise que traverse EELV constituent-elles des facteurs positifs pour le Parti de gauche ?

JEAN-LUC MÉLENCHON. Je prends ce mot de M. Cambadélis avec le sourire. La ligne sociale- démocrate qu'il veut n'a aucun espace dans ce pays. François de Rugy, Jean-Vincent Placé sont conduits à choisir, comme tous les Verts, entre une ligne de rupture avec la politique de François Hollande ou l'invention d'un vrai projet écosocialiste pour le pays. Ils ont tranché. On ne peut pas leur faire le reproche de la clarté. Ils se sentent bien avec la politique libérale du PS et vivent très mal la constitution progressive d'une opposition de gauche unie. Les Verts ont démontré par le passé qu'ils étaient capables de trancher. Par exemple quand Dominique Voynet a fait triompher la ligne de gauche de l'alliance avec le PC et le PS il y a vingt ans, Antoine Waechter est parti. Mais aujourd'hui, c'est l'aile droite d'EELV qui ne supporte plus le grand écart politicien. Tant mieux. L'union de l'opposition de gauche va s'accélérer.

Ou en êtes-vous de vos accords avec les Verts en vue des élections régionales ?

On se dirige vers la moitié des 13 régions en alliances du Front de gauche, d'EELV et de mouvements citoyens. Si l'on veut une union sincère, sans qu'aucun parti ne puisse se l'attribuer, il faudra déposer un nouveau label commun dans les préfectures. Nous souhaitons des assemblées citoyennes directement impliquées dans la préparation des listes et des programmes comme l'a fait Podemos en Espagne, plutôt que d'en rester au cartel des partis. En tout cas, il n'y ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le samedi 29 aout 2015 à 10:16

    Les socialistes il y a moins de 50 ans affirmaient leurs doctrines à savoir en autre que l'enseignement publique(noyauté par eux)n'était pas fait pour former et apporter de la main d’œuvre et du personnel aux entreprises !!!! C'est chose faites des centaines de milliers de jeunes sortant de l'enseignement sont sans travail et dans la nature. SOCIALISTES RINGARDS À L'ESPRIT ET LA DOCTRINE CONGELÉS DEPUIS 70 ANS. La décongélation va commencer aux prochaines échéances électorales