Mélenchon : «Hollande est l'une des causes de la crise »

le
1
Mélenchon : «Hollande est l'une des causes de la crise »
Mélenchon : «Hollande est l'une des causes de la crise »

Le coprésident du Parti de gauche est persuadé de frapper un grand coup ce dimanche, pour rappeler François Hollande à ses devoirs envers ses électeurs. Un chef de l'Etat qu'il étrille tout au long de cet entretien.

Pourquoi tapez-vous autant sur François Hollande qui ne gouverne que depuis un an ?

Jean-Luc Mélenchon. En raison de la volte-face qui l'a conduit à donner une exclusivité totale aux intérêts des actionnaires et des grands patrons et à la politique d'austérité européenne au détriment des salariés, de leur pouvoir d'achat et de leur niveau d'emploi.

N'est-ce pas lui faire payer cher la crise ?

Il est l'une des causes de la crise, comme Mme Merckel et les autres dirigeants européens qui ont fait le choix de l'austérité. La ponction qu'il va faire sur le pouvoir d'achat, soit 60 milliards, c'est le triple des 17 milliards demandés par François Fillon en deux plans d'austérité. François Hollande contribue à la contraction de l'activité économique et à l'envolée du chômage. Ça suffit de prendre la crise comme prétexte!

Lui reprochez-vous de gouverner sans trancher ?

Moi, je trouve qu'il tranche très bien en faveur des intérêts de la finance! Pour le reste, oui, il pratique la méthode spongieuse qu'il appliquait au PS, avec son « passe-plat » Jean-Marc Ayrault.

L'amnistie sociale, vous dites que le président vous l'avait promise les yeux dans les yeux. Comment expliquez-vous son revirement ?

Depuis le début, il voulait donner des gages au grand patronat, sinon il aurait inscrit le texte à la session extraordinaire de l'Assemblée en juillet dernier. L'amnistie a toujours été prononcée par tous les présidents de la République à l'exception de Nicolas Sarkozy, ce qui était normal de la part de la droite décomplexée. A l'Assemblée, François Hollande a engagé tout son poids politique pour contrer ce texte.

Si le PS ne prend même plus la peine de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le dimanche 5 mai 2013 à 14:50

    Et lui, de la future crise.