Mélenchon entrevoit une "bataille homérique" avec Le Pen

le
3
Mélenchon entrevoit une "bataille homérique" avec Le Pen
Mélenchon entrevoit une "bataille homérique" avec Le Pen

PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon estime que sa possible candidature aux élections législatives de juin à Hénin-Beaumont, fief de Marine Le Pen dans le Pas-de-Calais, provoquerait une "bataille homérique" avec la présidente du Front national.

L'eurodéputé a indiqué qu'il serait "fixé" samedi sur sa candidature et que rien n'était pour l'instant tranché mais ses propos semblent laisser peu de doutes quant à ses intentions.

"Ça va être une bataille homérique en quelque sorte, avec une symbolique qui est extrêmement puissante puisque c'est le berceau du mouvement ouvrier français et que c'est en même temps l'endroit où Madame Le Pen, par bravade, a décidé de s'installer", a déclaré vendredi sur France Info le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle.

"C'est vrai qu'il y a là un beau symbole", a-t-il ajouté, sans toutefois confirmer sa candidature dans la circonscription de la présidente du Front national.

À ce jour, une éventuelle candidature du président du Parti de gauche est envisagée dans le Pas-de-Calais, mais aussi dans les Bouches-du-Rhône, l'Hérault, et la région parisienne.

La piste d'une candidature à Hénin-Beaumont, "sérieusement" envisagée au sein du Front de gauche, semble toutefois privilégiée, et n'a pas tardé à faire réagir les ténors du Front national, qui critiquent le "parachutage" de Jean-Luc Mélenchon dans le Nord.

"UN SANS CIRCONSCRIPTION FIXE"

Sur Europe 1, Marine Le Pen a ironisé sur "l'amour" de l'ancien socialiste à son égard.

"C'est un SCF, un sans circonscription fixe, il cherche la circonscription la plus gagnable", a-t-elle dit. "Je croyais que c'était de la rage, je m'aperçois qu'en fait c'est de l'amour", a-t-elle ajouté, évoquant l'attention que lui porte Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Luc Mélenchon, qui a fait de la lutte "Front contre Front" l'une de ses priorités de campagne dans la course à la présidentielle, et a tour à tour qualifié la présidente du FN de "semi-démente", "chauve-souris" et "yéti de la politique française", a longtemps cru qu'il pourrait ravir à Marine Le Pen la troisième place du premier tour de la présidentielle.

Mais le candidat du Front de gauche a réuni le 22 avril 11,10% des voix contre 17,90% pour la présidente du Front national.

Au premier tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen est arrivée en tête à Hénin-Beaumont avec plus de 35% des voix contre un peu moins de 12% pour le candidat du Front de gauche.

Aux municipales de 2009, sa liste avait recueilli 47,62% des voix dans cette ville dont elle a fait son laboratoire, ce qui ferait d'elle un adversaire à la mesure d'un Jean-Luc Mélenchon soucieux d'apparaître en première ligne face au Front national.

Les élections législatives auront lieu les 10 et 17 juin prochains.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 11 mai 2012 à 12:02

    LOL m418

  • 11246605 le vendredi 11 mai 2012 à 11:12

    Une obcession pour Mélenchon !

  • M4189758 le vendredi 11 mai 2012 à 11:04

    Eh oui! Elle serait Homère et lui Sacrote.