Mélenchon critique les cent premiers jours de Hollande

le
0
«Nous étions mieux préparés que les socialistes à exercer le pouvoir», assène l'ex-candidat du Front de gauche. Pour lui, le début de la présidence Hollande est du «temps perdu».

Jean-Luc Mélenchon sort de son silence médiatique. Le candidat du Front de gauche à la présidentielle a accordé une interview au Journal du Dimanche où il critique vertement les cent premiers jours «creux» de la présidentielle Hollande dont il n'est «presque rien» sorti.

«Quand je regarde le creux des cent jours et la multiplication des commissions, j'en conclus que nous étions mieux préparés que les socialistes à exercer le pouvoir» assène Jean-Luc Mélenchon. «Après dix ans, la gauche revient au pouvoir et tout ce qu'il y aurait d'urgent à faire, ce serait un collectif budgétaire et une loi sur le harcèlement sexuel? (...) Est-ce qu'il n'y a pas aussi urgence sur les licenciements, par exemple?», lance l'ex-candidat du Front de gauche. «L'atermoiement continu laisse les mains libres à la finance!»

Il étrille au passage Arnaud Montebourg, coupable à ses yeux de ne pas avoir inscrit cette loi au programme de la session parlementaire extraordinaire.

«Hollande ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant