Mélenchon, coincé dans un boulevard !

le
1
Jean-Luc Mélenchon.
Jean-Luc Mélenchon.

France Inter : Ce matin, vous allez nous parler de Jean-Luc Mélenchon, qui vit des heures difficiles...

Charlotte Chaffanjon : Oui. Pour Jean-Luc Mélenchon, Manuel Valls c'est le pire du pire. Pendant la polémique sur les Roms à l'automne dernier, je l'avais vu déprimé comme jamais des propos de celui qui était ministre de l'Intérieur. Souvenez-vous, Manuel Valls avait douté de la capacité des Roms à s'intégrer. "Valls, c'est le sommet de la honte, m'avait dit Mélenchon. Je n'ai pas le moral, ça me casse." C'est un affectif, quand il est touché, il est dans la démesure. Il voulait tout plaquer, il espérait que le Front de gauche se trouve un autre leader. Avec cela en tête, je vous laisse imaginer ce qu'il pense de l'arrivée de Valls à Matignon. C'est un cauchemar qui devient réalité... Surtout que son plan il n'y a pas si longtemps, c'était d'y accéder, lui, à Matignon, dans le cadre d'un changement total de politique... Bilan, sa première réaction après la nomination de Valls a été un texto à un journaliste des Inrocks : "Dommage qu'il ne nous reste rien à vomir."

Pourtant, il peut en tirer profit...

Oui ! Avec un chef du gouvernement étiqueté centre droit, le premier réflexe est de se dire : Jean-Luc Mélenchon a un boulevard. Il pourrait se faire le porte-voix des électeurs perdus. Mais le problème pour Mélenchon, c'est que le couple social-démocrate Hollande-Valls en gêne plus d'un. Une partie des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 17 avr 2014 à 14:10

    Coincé dans un cul-de-sac plutôt.