Mélenchon appelle ses troupes à «une campagne pour conquérir le pouvoir»

le , mis à jour à 22:48
2
Mélenchon appelle ses troupes à «une campagne pour conquérir le pouvoir»
Mélenchon appelle ses troupes à «une campagne pour conquérir le pouvoir»

Le candidat de «La France insoumise» Jean-Luc Mélenchon a appelé ce dimanche les milliers de personnes réunies place Stalingrad à Paris à une campagne présidentielle «victorieuse». «Je vous appelle à une campagne qui n'est pas simplement faite pour témoigner, je vous appelle à une campagne pour conquérir le pouvoir !» a harangué l'ancien candidat de 2012, qui organisait son premier meeting là même où il avait lancé sa précédente campagne en 2011.

 

«Pour qu'elle soit victorieuse, il faut qu'on s'y implique tous, que chacun d'entre vous, à son poste de travail, dans son rôle dans la société, vous soyez les révolutionnaires pour changer la société de fond en comble», a-t-il poursuivi. «Rêvez, rêvez fort, pensez fort, imaginez fort et cela suffira», a lancé Jean-Luc Mélenchon aux quelque 10 000 personnes présentes selon son entourage. Rappelant avoir réuni autour de son nom 4 millions de voix en 2012, il a demandé à chacun de ses électeurs d'alors d'en convaincre un autre : «Nous avons été 4 millions, nous devons être 8 millions». «C'est en convaincant un par un, une par une que nous allons avancer pour finalement gagner», a-t-il parié.

 

 

Nous sommes près de 10 000 insoumis place Stalingrad ! Insoumis avec @JLMelenchon  #insoumis5juin pic.twitter.com/59DX6m63Tf

— Corbiere Alexis (@alexiscorbiere) 5 juin 2016

 

Mélenchon a néanmoins reconnu que «la marche est haute» et vanté son expérience : «Mieux vaut avoir des porte-parole rusés et malins que des poulets de l'année!» a ironisé l'ancien ministre délégué à l'Enseignement professionnel de Lionel Jospin. Développant son discours sur la souffrance au travail et le rôle central qu'il faut donner à l'écologie, Jean-Luc Mélenchon souhaite «remettre 100 milliards d'euros» dans les services publics et «le 100% d'énergies renouvelables».

 

L'ex-sénateur socialiste a défendu le bien-fondé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 6 mois

    100 milliards de plus dans le service publics , nous descendrons plus bas que la Grèce , démago tout simplement .

  • charleco il y a 6 mois

    Dans une démocratie digne de ce nom, c'est le peuple qui détient le pouvoir, il convient donc de se battre pour obtenir le droit de le représenter, rien de plus.