Mélenchon à Montebourg et Pigasse : «Faut aller au bout, les gars !»

le , mis à jour à 13:32
4
Mélenchon à Montebourg et Pigasse : «Faut aller au bout, les gars !»
Mélenchon à Montebourg et Pigasse : «Faut aller au bout, les gars !»

La charge à l'arme lourde de l'ancien ministre socialiste du Redressement productif Arnaud Montebourg et du banquier d'affaires et homme de presse Matthieu Pigasse, dimanche matin, dans les colonnes du JDD, contre le gouvernement, continue, comme le voyage berlinois du Premier ministre, de nourrir les commentaires ce lundi matin.

Non, non, « je ne suis absolument pas hébété », réagit Stéphane Le Foll (PS) en référence au début de la tribune qui disait « hébétés, nous marchons droit vers le désastre ». « J'ai trouvé le titre et l'analyse qui est faite d'une faiblesse qui m'a un peu sidéré », reproche le ministre de l'Agriculture, par ailleurs porte-parole du gouvernement. « C'est le moment qui est choisi qui fait du bruit, mais sur le fond c'est faible », conclut Le Foll, qui estime que Montebourg est dans le faux quand il impute les difficultés de la France « aux autres ».

VIDEO. La contre-attaque de Le Foll à Montebourg

Pour une fois, François Bayrou donne raison à Stéphane Le Foll : « Nos problèmes viennent de chez nous et pas d'ailleurs, pas de Bruxelles et pas de Berlin. C'est la faute à personne si notre éducation est dans l'état dans lequel elle est, c'est la faute à personne si le climat n'est pas bon pour les entreprises », corrige le président du Modem. Quant à la solution, « une baisse massive des impôts ne marcherait pas parce que quand vous êtes engagé dans un endettement qui dépasse vos possibilités, tout centième des mouvements d'intérêt vous coûte ». Si un gouvernement allégeait massivement la charge fiscale, les banques qui prêtent à la France augmenteraient les taux d'intérêt « ce qui nous coûterait des dizaines de milliards ».

Le frondeur socialiste Jérôme Guedj a accueilli la tribune avec circonspection. S'il juge, comme Christian Paul, que les frondeurs et le duo dominical sont «  convergents sur les éléments du diagnostic », le tempo passe mal : « Chacun ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le lundi 8 juin 2015 à 14:43

    oui maximan. ce mathieu pigasse est aussi le conseiller la grande démocratie du Venezuela. Il les conseille tellement bien que la croissance et l’accroissement des richesses sont extra ordinaire.

  • maximan le lundi 8 juin 2015 à 14:15

    Matthieu Pigasse : l'homme qui a préparé le premier plan d'aide à la Grèce se permet de dire cela, Quelle honte ! Et montebourg et Mélenchon qui le félicitent !!!! Vous pouvez vérifier que c'est bien Pigasse avec la banque Lazard qui a rédigé le plan d'aide qui a détruit la grèce !

  • M5062559 le lundi 8 juin 2015 à 14:14

    Ces débats entre incompétents et profiteurs du système politique actuels n'ont aucun intérêts. Sauf de montrer la collusion entre banquiers prêteurs et hommes politiques dépensiers pour eux mêmes et leurs clientèles électorales.

  • janaliz le lundi 8 juin 2015 à 13:09

    C'est marrant quand il était dans le gouvernement il n'avait pas le même avis... et il commence à comprendre ce qu'on leur reproche, leur faiblesse patente...